Le Boudoir Littéraire et thèâtral  la plume et l'encrier

Poitou Charente

 

Telechargement 2020 03 10t182118 746

________________

https://www.babelio.com/

Régine Deforges est une écrivaine

et une éditrice française.

_________


À l'âge de 15 ans, on lui dérobe son journal intime, où elle consignait ses pensées et l'amour qu'elle éprouvait pour une fille de son âge. Cet épisode provoque un scandale local : renvoyée de son institution, elle est contrainte de brûler ses autres cahiers. Cet épisode lui inspire, bien plus tard, le livre "Le Cahier volé" (1978).

Très tôt, les livres constituent son univers d’élection : elle devient tour à tour libraire, relieuse, éditrice, scénariste, réalisatrice et écrivaine. Elle ouvre plusieurs librairies, tant à Paris qu’en province, et crée, en 1968, sa propre maison d’édition, L'Or du temps. Elle devient de ce fait la première éditrice française.
Le premier livre qu’elle publie, "Le Con d'Irène" (sous le titre édulcoré "Irène"), attribué à Louis Aragon (1ère édition 1928), est saisi 48 heures après sa mise en vente, le 22 mars 1968. Elle sera, par la suite, condamnée pour "outrage aux bonnes mœurs" et privée de ses droits civiques. De nombreux procès et de lourdes amendes obligent Régine Deforges à déposer son bilan.

Autrice d'une quarantaine de livres, notamment des romans, des essais et des anthologies, Régine Deforges s'était rendue célèbre avec "La Bicyclette bleue", entamée en 1981 et dont le dixième et dernier volume est paru en 2007. Cette saga l'aura propulsée dans le peloton de tête des romancières françaises populaires.

Femme affranchie et brodeuse au point de croix, écrivant ses "Contes pervers" (1980) avant de se pencher sur le destin de la reine pieuse Radigonde, affolant les gendarmes à l'adolescence et bête noire de la Mondaine quelques années après, Régine Deforges avait déjà livré des bribes de sa vie mouvementée dans des romans et récits. Elle solda ses comptes dans ses mémoires en 2013, intitulées "L'enfant du 15 août".

D'un ton très libre, voire libertin, ses romans sont souvent des plaidoyers féministes défendant le droit des femmes à s'assumer seules, et y compris dans leur sexualité. Elle situe l'action de plusieurs de ses romans dans la campagne proche de Montmorillon, et sur les rives de la Gartempe.

______________

BIBLIOGRAPHIE

DE RÉGINE DEFORGES

Voir plus

La bergère d'Ivry par Deforges

La bergère d'Ivry

6 critiques   citations

L'enfant du 15 août : Mémoires par Deforges

L'enfant du 15 août : Mémoires

4 critiques   citations

Les filles du cahier volé par Deforges

Les filles du cahier volé

1 critique   citation

Alger, ville blanche par Deforges

Alger, ville blanche

La voluptueuse impatience par Deforges

La voluptueuse impatience

 

Toutes les femmes s'appellent Marie par Deforges

Toutes les femmes s'appellen..

9 critiques   citations

Positionnement géographique de la région Poitou-Charentes en France

_________________

charentaises

Ce symbole de la France de toujours est né à Angoulême au temps de Louis XIV. La ville est alors spécialisée dans la confection de manteaux en feutre pour la Marine royale dont les chutes sont utilisées pour fabriquer des chaussons qui remplacent vite la paille dans les sabots. La languette est déjà là, qui protège le coup de pied du frottement du bois. Un cordonnier de La Rochefoucauld a ensuite l’idée de poser une semelle sous ces chaussons qu’on utilise donc désormais tels quels.

Les « silencieuses », comme on les appelle à l’époque, font un tabac à la Cour : leurs patins de feutre évitent aux domestiques d’arriver avec leurs gros sabots et lustrent les parquets, par la même occasion !

On doit la charentaise, telle qu’on la connaît aujourd’hui (avec son dessus imprimé écossais), à un certain docteur Jeva, qui crée ce modèle en 1907, à La Rochefoucauld toujours.

Aujourd’hui, les charentaises se vendent dans le monde entier, appréciées pour leur confort inégalé. Elles n’ont pas perdu leur petit côté aristocratique.

Langue régionale

En Poitou

Biau pour « beau », pus pour « plus », rein pour « rien ». Et, là-dessus, roulez les « r »... Même s’ils n’ont pas la rudesse charnue de l’idiome berrichon, les patois du pays d’Ouest gardent un bon fumet de terroir. Bien que parlés au sud de la Loire, ils découlent des dialectes du Nord, dont le Poitou fut la voie de pénétration. Ici, on vous montrera des ponnes, ces grandes cuves en terre cuite qui servaient autrefois à faire la buaï, la lessive...

De Vendée jusqu’en Gironde, bien sûr, mille nuances ponctuent l’éventail des terroirs. On peut toutefois regrouper toutes ces langues dialectales au sein d’une même famille, appelée le poitevin-saintongeais, ou encore le « parlanjhe ».

En Charente

2 Charentes, 2 langues régionales ! Enfin, ce n’est pas si simple que ça puisque la « frontière » entre langue d’oc et langue d’oïl traverse les deux départements en suivant un axe nord-sud.

  • Au sud, on a longtemps parlé le limousin (ou marchois, ou angoumoisin), occitan quoi ! Et si ce n’est plus franchement le cas aujourd’hui, l’occitan est, depuis 1981, une option dans les lycées charentais.
  • Et au nord, le saintongeais, langue romane, connaît à nouveau un certain engouement. Pour preuve, le succès en librairie de récentes adaptations des Aventures de Tintin en saintongeais.

Patrimoine architectural

Une terre romane

En sillonnant les chemins de l'Angoumois et de la Saintonge, en traversant les bourgs de ces anciennes provinces du duché d'Aquitaine, les églises romanes se dévoilent. Les formes rigoureuses du roman s'épanouissent dans une floraison monumentale d'absides, de colonnes et de coupoles en craie blonde...

À partir du XIe siècle, la région devient une terre de prédilection pour la diffusion de l'art roman. Ces édifices témoignent de l'émulation et du dynamisme culturel qui marquèrent 2 siècles d'histoire.

D'une manière générale, les églises de l'Angoumois et de la Saintonge obéissent à des schémas plus simples que celles du Poitou. 

Châteaux en Charentes

De grandes familles ont prospéré sur les terres charentaises. La plus célèbre est celle de La Rochefoucauld, dont le château familial se dresse avec superbe au-dessus du bourg de... La Rochefoucauld. D’abord (au Xe siècle), simple camp fortifié élevé à la demande de Fucaldus, évêque d’Angoulême, pour protéger le coin des invasions normandes, ce château de la Roche passe aux mains de la famille de Foucauld au XIe siècle.

Style Renaissance également pour le château de Cognac (qui a vu naître un certain François Ier) ou pour celui de La Roche-Courbon ou encore de Dampierre-sur-Boutonne.

Une bonne centaine d’autres châteaux hérisse les terres charentaises : solides donjons médiévaux à Pons, Confolens ou Montignac-sur-Charente, « Versailles charentais » (inachevé) vers Villebois-Lavalette, romantiques ruines à Bouteville ou bien encore élégants manoirs comme celui du Maine-Giraud, ancienne propriété d’Alfred de Vigny...

L’amateur de pierres et d’histoire(s) n’a que l’embarras du choix ici. Certains de ces châteaux ont été transformés en chambres d’hôtes ou en hôtels.

Un habitat sobre, aux influences multiples

Dans le Poitou et en Charente, les influences venues de proches ou de plus lointains horizons sont visibles. La région ne fut-elle pas une terre de transition entre la langue d'oc du sud de la France et la langue d'oïl parlée au nord ?

L'habitation rurale traditionnelle obéit à une grande sobriété. Les volumes et les plans s'organisent dans la plus grande simplicité. Avec des toits à faible pente recouverts de tuiles romanes, l'influence méridionale est omniprésente. Les maisons charentaises et poitevines sont souvent étroites, avec des murs constitués de moellons calcaires ; avec une grange ou une étable accolée, elles forment un ensemble de bâtiments qui s'étirent parfois.
Dans la région des vignobles, les maisons de maître, élégantes mais toujours sobres, sont nombreuses. Au contact du Bordelais, ces demeures gagnent en prestige. En bord de mer, les maisons sont petites comme pour donner moins de prise aux vents du large. Les murs blanchis à la chaux sont ponctués par le vert, le bleu des volets et des hampes de roses trémières.
Le Marais poitevin recèle également une multitude de « cabanes » isolées que l'on découvre parfois soudainement en glissant le long d'un canal. Là encore, murs blancs et volets de couleurs vives séduisent.
Enfin, les habitations en Gâtine et dans le Confolentais offrent une impression de robustesse avec des murs de granit et de schiste.

Une côte à défendre

De Ré à Oléron en passant par l'île d'Aix et par toute la côte du Chapus à Fouras, ce ne sont pas moins de 12 places fortes qui furent édifiées du Moyen Âge au XIXe siècle.

Il y eut d'abord le château fort de Fouras, bâti au XIe siècle par les ducs d'Aquitaine pour contrer les Normands et défendre l'entrée de la Charente. Puis, au XIIe siècle, la haute tour de Broue, perdue dans les marais à quelques kilomètres de Brouage, et aujourd'hui en ruine.

Mais c'est sous Louis XIV et avec ses maîtres d'œuvre, Vauban et Montalembertque les forts se multiplièrent. Il s'agissait de parer aux assauts des Anglais, des Espagnols et autres Hollandais qui avaient alors la maîtrise des mers - sans oublier les pirates.
C'est principalement à Vauban que l'on doit le système de fortification en étoile, défense exemplaire dont seront dotés Ré, Oléron, l'île d'Aix et l'île Madame, quelques points côtiers (fort Lupin, fort Chapus), ainsi que l'îlot d'Énet. N'oublions pas le célèbre fort Boyard, au large d'Oléron.

_________________

Patrimoine culturel

Littérature

La Renaissance littéraire (milieu du XVIe - début du XVIIe). Un grand dynamisme culturel animait les provinces de Poitou, Angoumois, Saintonge et Aunis dans les années 1550-1620. A cette époque, la vie intellectuelle n'avait pas encore fait de Paris sa capitale. Poitiers, ville ouverte aux idées nouvelles (humanisme, Réforme), connaissait alors une grande activité littéraire.

Les dames des Roches. Dans toute l'Europe, à partir de 1570, le salon littéraire des dames des Roches connut une grande renommée. Madeleine Neveu (née en 1520) et sa fille Catherine Fradonnet (née en 1542) accueillaient chez elles, à Poitiers, les grands esprits de l'époque, qu'ils fussent poètes ou savants. Scévole de Sainte-Marthe, en particulier, était un habitué de ce salon brillant et réputé.

Une anecdote rapporte que l'avocat parisien Etienne Pasquier, lors d'une visite en 1579, vit une puce sur le sein de Catherine... S'ensuivirent moult plaisanteries et la composition de nombreux poèmes. Ainsi naquit le recueil intitulé La Puce de Madame des Roches, qui regroupe tous les vers (en français, grec et latin  !) écrits sur ce sujet. Madeleine et Catherine furent elles-mêmes auteurs  : oeuvres, secondes oeuvres, missives. Elles moururent toutes les deux en 1587, le même jour.

La poésie à Poitiers. C'est en Poitou que la poésie du XVIe siècle s'est originellement épanouie. Poitiers, cité universitaire au grand foisonnement intellectuel, a contribué largement à l'essor de la langue française. La ville a attiré de grands noms comme du Bellay (en 1545-1547), Baïf (en 1553-1554) et Peletier du Mans (en 1549-1552), en même temps que s'est intensifiée l'activité des imprimeurs locaux Marnefz et Bouchet (ce dernier était par ailleurs un grand ami de Rabelais). Salmon Macrin (1504-1557), originaire de Loudun, était considéré comme le plus grand poète latin de son temps.

L'illustre Joachim du Bellay reprendra ses idées dans son ouvrage Deffence et illustration de la langue françoyse (1549). Un autre Loudunais, Scévole de Sainte-Marthe (1536-1623), dirigeait un groupe de poètes. Dans cette "  Pléiade poitevine  ", on trouvait Jean Vauquelin de La Fresnaye, Charles Toutain ou encore Roger Maisonnier. Leurs oeuvres imitaient celles des Anciens (poètes romains et grecs).

Parmi elles, il faut citer la Médée écrite par Jean Bastier de La Péruse, auteur considéré comme le second poète tragique français par Pierre Ronsard lui-même. L'emblématique Scévole de Sainte-Marthe s'essaya à tous les genres poétiques à la mode, en français ou en latin  : des sonnets, des odes, des élégies, des épigrammes. Il fut également l'auteur de Poedotrophia, traité de puériculture en vers latins qui laissa Ronsard béat d'admiration. Parmi les nombreux auteurs de la région, n'oublions pas les initiateurs du baroque français  : Jacques de Charrans (1547-1621) et le très célèbre Agrippa d'Aubigné (1552-1630). Le baroque à la française se caractérise par le mouvement et l'effet de style, l'exubérance de l'écriture (esthétique liée à la mort, métaphores marquantes, symboliques effrayantes...), le thème de la solitude à fleur de peau, l'évocation de la violence et du sang, etc.

Peinture

La peinture trouve dès l'Antiquité sa pleine expression sur les fresques décorant les grandes villas gallo-romaines. Des traces ont été retrouvées par exemple lors des fouilles de la villa des Châteliers à Embourie en Charente. Cette pratique murale poursuit son essor au Moyen Age sur les murs et les plafonds des églises romanes. Le chef-d'oeuvre pictural de l'époque romane est en Poitou-Charentes, classé au patrimoine mondial de l'Humanité, ce sont les magnifiques fresques de l'abbaye de Saint-Savin.

Mais il faut attendre le XVIIIe siècle et le XIXe siècle pour mieux connaître individuellement les peintres de Poitou-Charentes et les voir se développer en se libérant des thèmes événementiels et religieux. Il n'y a pas d'Ingres ou de Delacroix nés dans la région mais nombre de talents ont quand même proliféré, bénéficiant des enseignements des plus grands. En Charente, on pourra citer l'élan donné par Edouard May fondateur en 1850 de l'école de dessin d'Angoulême puis Jules Balmette, Léonard Jarraud, René Hérisson, Armand Vergeaud, Gaston Boucard ou Louis Suire qui, en général, ont trouvé leur voie en rendant hommage aux paysages ruraux et lumineux mais aussi en témoignant de la vie quotidienne.

La mer, la lumière de Charente-Maritime ont attiré nombre de grands peintres tels Signac ou Redon et inspiré les peintres locaux parmi lesquels Gaston Balande, Eugène Fromentin, William Barbotin ou encore Julien Viaud dit Pierre Loti qui était un excellent dessinateur. A Poitiers, toujours pas de grands révolutionnaires de la peinture, et une tendance forte à préférer l'histoire à la géographie.

Se détachent des autres artistes des noms comme Alfred de Curzon, Henri Doucet ou Pierre Duclos de la Haille et André Brouillet. Et comment expliquer que les Deux-Sèvres aient vu la naissance de plus de peintres en deux siècles que dans tous les autres départements ? D'après Christian Gendron, conservateur des musées de Niort, ce serait dû à l'éducation artistique prodiguée très tôt par des personnes de talent comme Bernard d'Agesci. Les peintres niortais étaient souvent enseignants tels que Louis-Alphonse Combe-Velluet. On peut noter aussi Julien Thibaudeau, Louis Ribouleau, Antonin Proust.

 

 

Angoulème

__________

Librairie cosmopolite

https://www.librairiecosmopolite.com/

_________________

vendredi 13 mars 2020

sera en dédicace à la librairie 

à 18h

pour son livre "les antisèches du bonheur"

aux éditions HarperCollins France

___________

Meilleures ventes

___________

 

 

Patrimoine architectural

Sept sites de la région sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco : l'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe, les fortifications de Vauban de Saint-Martin-de-Ré et cinq édifices situés sur les Chemins de Compostelle (l'église Saint-Eutrope à Saintes, l'abbaye royale de Saint-Jean-d'Angely, l'église Saint-Hilaire de Melle, l'église Saint-Pierre d'Aulnay et l'église Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers).

Villes et villages

Façade de maison charentaise

Façade de maison charentaise

IRÈNE ALASTRUEY - AUTHOR'S IMAGE

Dans cette région de confluences, les villes et les villages ne dérogent pas à la règle de la diversité : certaines cités présentent un visage médiéval (Poitiers), d'autres plutôt Renaissance (La Rochelle) ou Antique (Saintes), certaines sont portuaires, d'autres rurales, d'autres défensives. la plupart arborent plusieurs facettes.

L'habitat traditionnel. La ruralité est une des caractéristiques de la Région Poitou-Charentes. Pendant des siècles, la population campagnarde a vécu dans des maisons souvent à pièce unique et conçues à partir de matériaux locaux. L'aspect de ces habitations varie considérablement et, selon les endroits, les nuances de couleurs et de structures sont importantes. Le Marais breton vendéen est le pays de la bourrine, une maison très basse enduite de chaux et couverte de roseaux. Le Bocage vendéen, lui, présente un autre type d'habitation  : la borderie, petite maison de pierre, de schiste ou de granit, qui réunit sous un seul toit toutes les activités (habitation, stockage des récoltes, pavage des animaux...).

En Loudunais, et dans l'ensemble du nord de la Vienne, le tuffeau blanc (roche calcaire assez tendre) fut longtemps utilisé dans la construction des murs alors que l'argile (roche terreuse) est plus fréquente en Charente.

Plus solide et plus sombre, le granit se trouve en Gâtine, dans le sud de la Vienne (Montmorillon) et en Charente limousine (Confolens). Le sud de la Charente ainsi que la Charente-Maritime ont des maisons faites d'un grès siliceux appelé "  grison  ". La pierre, bien sûr, est très présente dans l'habitat picto-charentais. Des carrières de pierre de taille ont depuis longtemps une grande réputation  : Chauvigny (Vienne), Saint-Même (Charente, près de Cognac), Crazannes (Saintonge), etc.

Le Poitou-Charentes est traditionnellement le pays de la tuile (terre cuite), en opposition notamment avec l'ardoise angevine. D'ailleurs, des toits en ardoise sont visibles dans le nord de la Vienne, aux confins du Poitou et de l'Anjou. La tuile creuse (arrondie) reste cependant la plus répandue dans l'ensemble de la région, bien que la tuile plate fasse des apparitions (pour les toits très pentus) dans le sud et l'est de la Vienne, et dans l'est de la Charente.

Architecture religieuse

Art roman

Poitou-Charentes compte 800 églises romanes, c'est la région romane par excellence. Ce style apparaît au XIe siècle, après les IXe et Xe siècles, marqués par la fragilité du pouvoir monarchique (déclin des Carolingiens) et les violences (rivalités entre grands féodaux, pillages vikings...). L'Eglise chrétienne semble impuissante à remettre de l'ordre en ces temps troublés. Après l'an mil, l'influence du clergé se fait cependant plus forte et la foi religieuse connaît un véritable renouveau, comme en témoignent le début des croisades (appel du pape en 1095) et les pèlerinages. Poitou, Angoumois et Saintonge se trouvent sur les chemins des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ces provinces de passage se caractérisent en outre par la présence de pierre calcaire facile à sculpter, d'où la floraison de ces nombreux édifices religieux au plan cruciforme. L'art roman s'est ainsi développé durant deux siècles (XIe et XIIe siècles), laissant apparaître selon les endroits quelques nuances architecturales.

La façade. Le premier intérêt des églises romanes réside dans leurs façades. Les façades romanes sont constituées de plusieurs niveaux et d'arcades très souvent sculptées. En Poitou, elles forment des séries décoratives appelées arcatures, qui sont comme un livre ouvert. La façade de l'église Notre-Dame de Poitiers, par exemple, se caractérise par des statues nichées dans les arcatures. L'église Saint-Nicolas-de-Civray (sud de la Vienne) est un autre bel exemple de "  façade à lire  ". On notera que les façades sont plus sobres en Saintonge et en Angoumois (excepté les 70 personnages sculptés de la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême). Les portails, quant à eux, sont souvent profonds, avec plusieurs voussures mais rarement un tympan.

Le chevet. A l'opposé des façades, les chevets sont "  l'arrière  " des églises. Une grande diversité les caractérise  : les chevets peuvent être polygonaux ou semi-circulaires. Mais le chevet roman le plus typiquement poitevin est constitué de chapelles rayonnantes (appelées aussi absidioles). En Saintonge, la forme de chevet la plus répandue est l'abside unique avec cinq pans et contreforts-colonnes (église de Rioux).

La nef. Il s'agit de cette longue allée qui mène de l'entrée à l'autel. En Angoumois et Saintonge, la nef est le plus souvent unique, sans collatéraux (bas-côtés). En Poitou, la nef est flanquée de deux bas-côtés. Dans le style roman purement poitevin, nef et collatéraux ont la même hauteur, l'éclairage de l'église se fait par conséquent par les bas-côtés (église de Lencloître). Néanmoins, la plupart des églises poitevines respectent la règle romane générale avec une nef plus haute que les collatéraux.

Les voûtes. De toutes les voûtes, celle en berceau plein-cintre est la plus associée à l'art roman. L'arc-doubleau est assez fréquent  : la voûte en berceau (ou voûtain) est supportée par des arcs en plein-cintre. On peut trouver aussi la voûte en berceau brisé. En levant les yeux, les visiteurs rencontrent un autre élément architectural, quoique plus rare  : la coupole. La nef de l'église Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, par exemple, est surmontée de trois coupoles sur trompes. Enfin, n'oublions pas la voûte en cul-de-four qui concerne les absides et absidioles.

Les fresques et les sculptures. Les décors peints n'ont malheureusement pas toujours bien résisté au temps. Les églises médiévales étaient inondées de couleurs et servaient de livres d'images à des fidèles qui, le plus souvent, ne savaient pas lire. Les thèmes de ces fresques sont liés à des épisodes de la Bible ou à des vies de saints.

De nos jours, des couleurs comme l'ocre rouge ou le jaune sont bien conservées, d'autres comme le bleu ou le vert ont disparu. Les plus célèbres fresques se trouvent dans l'église de l'abbaye de Saint-Savin, considérée comme la "  chapelle Sixtine de l'art roman  " et classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Autres lieux à fresques  : l'église d'Antigny (Vienne), le baptistère Saint-Jean, les églises Notre-dame et Saint-Hilaire (ces trois derniers édifices à Poitiers), la chapelle des Templiers à Cressac... A partir du XIIe siècle, les sculptures prédominent sur les peintures.

Chapiteaux, façades, voussures abondent. Les thèmes sculptés sont très diversifiés, allant du sacré au profane, avec bien sûr des scènes bibliques (en particulier le Jugement dernier), des saints, les Vertus et les Vices, des animaux fantastiques (dragons, griffons, serpents...), des éléments végétaux (la feuille d'acanthe...), le cavalier (notamment celui de l'église de Melle), etc.

Le style Plantagenêt (XIIe-XIIIe siècles)

Le style Plantagenêt est aussi appelé "  style gothique angevin  ". Il tient son nom de Henri Plantagenêt (1133-1189), comte d'Anjou et roi d'Angleterre, qui épousa la fameuse Aliénor d'Aquitaine en 1152. Ce style transitoire entre le roman et le gothique a connu son apogée au XIIIe siècle et s'est développé sur l'étendue des possessions territoriales de ce prince  : principalement en Anjou et dans le Maine, mais aussi en Poitou, Saintonge et Angoumois. Particularités architecturales  :

le style Plantagenêt est une forme architecturale prégothique présentant des différences avec les constructions gothiques du nord de la France. En premier lieu, la voûte sur croisées d'ogives est beaucoup plus bombée que dans le gothique traditionnel. De ce fait, la clef d'ogive est beaucoup plus haute que les doubleaux et les formerets. Cela dénote bien que le Plantagenêt est un stade intermédiaire entre la coupole romane (bombée) et la croisée d'ogives gothique (clef d'ogive, formerets et doubleaux à même hauteur).

Cette voûte "  angevine  " est visible dans la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, à Saint-Jouin-de-Marnes, à Airvault et jusqu'en Vendée et Saintonge. Une autre particularité du style Plantagenêt réside dans la présence de murs latéraux très renforcés  : contreforts extérieurs, arcatures intérieures aveugles.

Architecture militaire

Les fortifications du Moyen Age. Le Poitou-Charentes est célèbre pour ses faits d'armes médiévaux  : bataille de Vouillé (507) et batailles de Poitiers (732, 1356), notamment. La région a conservé beaucoup de traces du Moyen Age. La plupart des villes sont d'ailleurs nées ou se sont fortement développées durant cette période. Seuls Poitiers et Saintes ont une origine beaucoup plus ancienne (voir précédemment). La ville de Châtellerault, par exemple, est née au IXe siècle.

Elle était au départ le château du seigneur Airaud (le "  castel Airaud  "), édifié à la confluence de plusieurs rivières (Clain, Vienne, Ozon...) pour stopper les invasions vikings. Après l'an mil, les tours en pierre remplacent les anciennes fortifications de torchis ou de bois. En 1040, le comte d'Anjou, Foulque Nerra, bâtit la tour carrée de Loudun dans une zone de marche (zone intermédiaire) assez turbulente entre les provinces d'Anjou et de Poitou. Après avoir divorcé de Louis VII, roi de France, Aliénor d'Aquitaine épouse en 1152 en seconde noce Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou puis roi d'Angleterre. Elle lui apporte en dot toutes ses possessions territoriales. La rivalité entre Henri et la couronne de France est à l'origine de la construction de châteaux forts (Le Coudray-Salbart dans les Deux-Sèvres) et de fortifications urbaines (le donjon de Niort). Les conflits incessants entre seigneurs locaux puis la guerre de Cent Ans (1337-1453) ont causé de nombreux remaniements des forteresses (consolidations, agrandissements...).

Les éléments architecturaux peuvent dater de siècles différents  : châteaux de Tiffauges (en Vendée, donjon du XIIe, tour du XVe siècle), de Bressuire (dans les Deux-Sèvres, deux enceintes, dont une du XIe et une autre du XIIIe siècle)... A voir également  : le château de Gençay (dans la Vienne, XIIIe siècle), le château et la citadelle de Parthenay (Deux-Sèvres), le château fortifié de Villebois-Lavalette (Charente), l'enceinte de Surgères (Charente-Maritime, remodelée au XVIe siècle), etc

. En plus des villes à protéger et des ouvrages purement militaires que sont les châteaux forts, la fortification a aussi concerné quelques édifices religieux  : l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis (près de Poitiers, enceinte du XIVe siècle), l'église d'Esnandes (au nord de La Rochelle, XIIe-XIVe siècles), etc.

Fortifications Vauban. Sébastien Le Prestre de Vauban, ingénieur et architecte militaire de Louis XIV, est mort en 1707 en laissant derrière lui un vaste réseau de forteresses. Durant sa vie, il en a remanié 130 et construit ex-nihilo près d'une trentaine. Notons qu'il ne faisait pas que construire des places fortes, il en prenait aussi, il a mené près de 50 sièges pendant son existence.

Douze de ces places fortes ont été inscrites en 2008 au patrimoine mondial de l'Unesco pour leur caractère représentatif du génie protéiforme de Vauban, mais aussi du tournant qu'elles marquent dans l'évolution de l'architecture militaire et également en tant que témoins de la mise en forme d'un réseau de sites frontaliers, prémices de nos frontières actuelles. Parmi ces douze places, figure Saint-Martin-de-Ré en Charente-Maritime. Vues du ciel les 14 km de fortifications dessinent une étoile de pierre géante qui devait abriter tous les habitants de l'île de Ré en cas de débarquement ennemi.

La citadelle, construite entre 1681 et 1685, fut utilisée comme prison au XIXe siècle. D'après l'Unesco, " Saint-Martin-de-Ré est la plus belle application conservée du premier système de Vauban et sûrement le plus bel exemple d'un réduit insulaire ".

Ouvrages d’art

Le pont transbordeur de Rochefort - Martrou. C'est le dernier pont transbordeur de France. Construit en 1900 pour remplacer le bac traversant la Charente au niveau de Martrou (à Echillais), ce pont devait assurer le passage des piétons sans gêner la navigation sur le fleuve, notamment celle des navires de l'arsenal de Rochefort. Conçu par Ferdinand Arnodin, cet ouvrage métallique est constitué de 2 pylones de 66 mètres de haut supportant un tablier long de 175 mètres sur lequel glisse un chariot. Les passagers embarquent sur une nacelle suspendue à ce chariot, ils n'ont qu'à faire un signe au nacelier pour faire la traversée de 4 minutes et 30 secondes. Le pont transbordeur fonctionne encore d'avril à novembre.

Canal de Marans. Creusé de 1806 à 1883 entre La Rochelle et Marans (24 km), ce canal appelé aussi canal de Rompsay devait faire la jonction navigable entre La Rochelle et Niort. Son parcours est jalonné de nombreux ouvrages spécifiques tels que quatre écluses (à Marans, à Andilly - ouvrage de croisement -, à Rompsay et l'écluse de jonction avec le vieux port de La Rochelle), le tunnel Saint-Léonard à Dompierre-sur-Mer est équipé d'un chemin de halage et deux ponts-canaux. Le canal n'est plus navigué mais sa réabilitation est dans les cartons du conseil général, concessionnaire depuis 1978.

Les écluses. On trouve deux types d'écluses en Charente-Maritime  : les écluses fluviales, qui jalonnent la Seudre et la Charente, et les écluses de Ré et d'Oléron. Régies par un système de concession, la pêche y était soumise à des règles très strictes. Ces pièges à poissons, en forme de fer à cheval, ont fait leur apparition au Moyen Age pour nourrir le peuple. Leur reconstruction nécessitait entre 10 000 et 20 000 heures de travail, mais une fois les pierres ajustées, sans chaux ni ciment, elles s'avéraient d'une efficacité redoutable pour capturer les mulets, merlans, seiches et autres daurades.

En se vidant après la marée haute, l'écluse gardait les poissons prisonniers. Il ne restait alors plus au pêcheur qu'à les assommer à l'aide d'un sabre en fer plat non tranchant, puis à les jeter dans un panier en osier appelé " gourbeille ". Aujourd'hui, les écluses sont tombées en désuétude et les pêches miraculeuses n'existent plus. Il en reste à peine deux douzaines, alors qu'elles étaient plusieurs centaines au XIXe siècle. Des associations continuent de les valoriser en organisant régulièrement des visites de ce patrimoine intéressant, que l'on retrouve à l'identique dans le sud de l'Andalousie.

Traditions et modes de vie

Langue

Le "  parlanjhe  " poitevin-saintongeais.

En venant du nord, et en traversant la Loire à Nantes, les toits de tuiles à faible pente remplacent les toits pentus d'ardoises de Bretagne ou de l'Anjou voisine. Certes, les Vendéens, les anciens Bas-Poitevins, vous diront "  qu'o molle  ", que ça mouille, bref qu'il pleut bien plus à Nantes qu'à La Roche-sur-Yon, ce qui est sans doute vrai, mais la différence de pluviométrie n'est pas telle qu'elle justifie à elle seule cette différence d'architecture. La région culturelle Poitou-Charentes n'est pas le Midi, mais ce n'est plus la France du Nord.

Et les toits de tuiles ont aussi à voir avec la culture, une culture tournée d'abord vers le Sud. L'originalité des parlers de cette région, c'est justement leurs nombreux traits communs avec l'occitan, la langue du Sud, celle des troubadours, qui inaugurèrent la première poésie lyrique dans une langue romane sur le futur territoire de la France.

Et le premier troubadour connu fut Guillaume IX, comte du Poitou et duc d'Aquitaine. Le parlanjhe de Poitou-Charentes a donc comme origine le latin articulé, déformé par les peuples gaulois des Pictons et des Santons. Et ce qu'on appelle aujourd'hui le poitevin-saintongeais eut d'abord plus à voir avec l'oc qu'avec l'oïl. Mais à partir de 1204, année de la mort d'Aliénor, la petite-fille de Guillaume IX, qui défendit jusqu'au bout son Etat féodal poitevin et aquitain, les rois de France vont conquérir progressivement ce vaste territoire. C'est la langue des rois de France, la langue du Nord, qui va désormais être utilisée par les notables et les commerçants.

N'empêche, de ce contact entre le Nord et le Sud, naquit une langue originale qui est parvenue jusqu'à nous. A noter que l'est de la Charente et une petite partie du sud-est de la Vienne ont conservé la langue d'oc. Pour s'initier, on pourra lire Le parlanjhe en trente questions, de Liliane Jagueneau.

Une grammaire originale. Le pronom neutre "  o  " comme sujet et complément, commun avec l'occitan, caractérise le poitevin-saintongeais depuis l'origine  : "  o bufe  " /il vente, "  i o di  " /je le dis (ça).

Le pronom "  i  " /je, voisin de l'occitan "  ieu  " /moi, est encore employé dans la plus grande partie du domaine linguistique  : "  i garoche  " /je lance. En Saintonge, il est remplacé par "  jhe  ".
A noter encore les articles et les démonstratifs  : "  dau bea tenp  " /du beau temps, "  çhés draules  " /ces enfants, "  qu'ét o çheù  ?   " /qu'est-ce que c'est, ça  ?
Les troisièmes personnes du pluriel sont en " - ant  "   : "  lés felles dançant  " /les filles dansent.

Des sons particuliers. La diphtongue "  ea  "   : "  chapea  " /chapeau  ; la diphtongue "  àu  "   : "  la sàu  " /le sel  ; des consonnes palatales (mouillées)   : "  çheù  " /ça, "  ghàepe  " /guêpe  ; le "  l  " mouillé  : "  bllai  " /blé, "  cllai  " /clé, "  gllajhou  " /iris d'eau. Le son noté "  jh  " est un son "  j  " expiré  : le "  jhàu  " /le coq.

Variétés d'une même langue. Bien entendu, du marais de Challans à la Gironde, il y a plusieurs variétés de poitevin-saintongeais.

Par exemple, la diphtongue notée "  ea  " peut se prononcer "  èa  ", "  ia  ", ou être réduite à "  è  ". La diphtongue "  àu  " peut se prononcer "  aou  ", "  ou  ", "  a  ", "  o  ". Exemple  : "  i ae chàud  "   : j'ai chaud. La consonne notée "  çh  " peut se prononcer "  tch  ", "  ti  "... Dans les exemples cités, on voit que le système d'écriture qui a été mis au point par l'UPCP (Union pour la culture populaire) propose un même groupe de lettres pour diverses prononciations locales.

Artisanat

La broderie en or de Rochefort. La broderie d'art est une longue tradition à Rochefort. En 1666, Louis XIV et son ministre Colbert donnent à la manufacture royale de la ville le monopole des activités de confection (soie, dentelles...), de broderie et de tapisserie. Au XIXe siècle, une Rochefortaise se spécialise dans la technique de la broderie en or. Les travaux sont effectués avec du fil d'or appelé cannetille.

Ces brins dorés orneront des pièces prestigieuses  : les costumes de scène de l'actrice Sarah Bernhardt, des habits d'académicien, les vêtements du mariage de l'impératrice Farah Diba, etc. Outre la haute couture, la broderie en or concerne aussi les drapeaux, les blasons et des objets traditionnels comme la tontine, ce panier qui transportait les bégonias arrivant par bateau d'Amérique à Rochefort. Depuis 1995, Les Ateliers du Bégonia d'Or, les doigts de fée de Sylvie Deschamps (responsable d'atelier) et Samme Shédany (brodeuse main), perpétuent le savoir-faire de cette activité de broderie à la main (broderie or mais aussi broderie blanche, broderie d'ameublement et de décoration), en assurant de nombreuses commandes et en organisant des stages pour tous les niveaux.

Les jours d'Angles. Depuis le milieu du XIXe siècle, le village d'Angles-sur-l'Anglin dans la Vienne est célèbre pour ses "  jours  ". Rien à voir avec les tranches de 24 heures qui rythment le cours de notre existence  ! Les jours sont de fins motifs décoratifs obtenus en retirant dans un tissu (soie, lin, coton...) les fils dans les deux sens (trame et chaîne) avec des petits ciseaux très fins. La réputation de cette technique de broderie artisanale et de très haute précision a vite dépassé les frontières régionales. A la Belle Epoque, les toilettes des jolies Parisiennes étaient parfois ornées de jours d'Angles. Ceux-ci connurent leur apogée dans les années 1920-1950. A cette époque, environ 300 ajoureuses d'Angles travaillaient pour la haute couture et les grands magasins parisiens.

On retrouvait ses fameux jours d'Angles sur les trousseaux des princesses et sur le linge des plus luxueux paquebots. Le trousseau de satin noir de Joséphine Baker en est une des pièces les plus prestigieuses. En 1997, la catégorie "  jours à fils tirés  " a été créée, véritable acte de reconnaissance du travail des jours comme métier. L'ajoureuse Maïté Chevreau a d'ailleurs été lauréate du concours de meilleur ouvrier de France. On peut apprécier ce savoir-faire tout en délicatesse dans l'atelier de la ville basse.

La nacre de l'île d'Aix. La nacre est un mélange de calcaire et de kératine qui recouvre quelques rares variétés de coquillages comme les haliotides, les burgaux, les palourdes du Mississippi ou encore les moules du Japon. Le patient travail de cette matière noble transforme les coquillages en objets d'art de la table ou de décoration, en boucles d'oreilles, en bracelets, en colliers, en pendentifs, en leurres de pêche... La nacre est également utilisée pour la restauration de mobilier marqueté.

L'Atelier de la Nacre, sur l'île d'Aix, est le dernier de France. Depuis 1952, année de sa création par Léon Gallet, il importe des coquillages du monde entier, principalement des mers chaudes du globe (océan Indien, océan Pacifique).

Pour révéler toute la beauté de la nacre, les artisans nacriers procèdent à plusieurs opérations, du triage à la pose d'apprêts en passant par le calibrage, le meulage, le polissage, les assemblages, etc. L'Atelier crée ainsi ses propres modèles de bijoux et d'objets décoratifs ou plus usuels. D'avril à octobre, des présentations de cette activité artisanale sont réalisées tous les jours pour les groupes. Près de l'atelier de fabrication, une boutique est ouverte au public, qui peut admirer toutes les nuances de couleurs, de profondeur, d'irisation et de lumière des différentes nacres. 2005 a également vu la naissance d'un musée de médiatisation scientifique sur la nacre, se rajoutant à l'atelier et à la boutique.

La charentaise. 

Cette pantoufle a fait le tour du monde et fait connaître le département de la Charente. On ne trouve le terme de "  charentaise  " dans les dictionnaires que depuis le début des années 1980. Une reconnaissance tardive pour une institution régionale qui trouve ses origines il y a plusieurs siècles. Quand Colbert, ministre de Louis XIV, crée le port militaire de Rochefort en 1666, il encourage considérablement l'économie locale. La marine de guerre, en effet, a besoin de fournitures.

Tout au long du fleuve Charente, les artisans des moulins proposent du feutre foulonné (étoffe obtenue à partir de laine ou de poil) à l'intendance maritime. Mais le feutre, souvent de médiocre qualité, est refusé. Les rebuts sont alors utilisés pour garnir l'intérieur des sabots et les rendre ainsi moins pénibles à l'usage. Et c'est un siècle plus tard qu'intervient l'idée géniale. A la fin du XVIIIe siècle, un cordonnier de La Rochefoucauld décide de coudre directement les pièces de feutre les unes aux autres et de leur adjoindre une semelle d'un feutre plus rigide pour remplacer le sabot. C'est la naissance de la célébrissime charentaise. Au XXe siècle, des industriels vont lui donner ses lettres de noblesse. André Chaignault, originaire de La Rochefoucauld lui aussi, invente les charentaises aux couleurs vives  : celles au décor de type écossais sont devenues emblématiques. James Rondinaud, autre industriel de Charente, exporte les divins chaussons dans le monde entier.

Autrement dit, depuis sa création, la charentaise n'a pas cessé de soulager les petons endoloris de l'humanité grâce à ses éclatantes vertus. Antirhumatismale et souple, elle est même parfois considérée comme un élément vestimentaire de luxe. Un exemple parmi d'autres  : le jour de son sacre, Napoléon Bonaparte portait des charentaises fourrées de laine dorée. Et de nos jours, sur les Champs-Elysées, une paire de charentaises peut atteindre 150 €.

La poterie.

 La géologie du Pays des Charentes explique l'importance passée et présente de l'activité potière. Le sol est en effet riche en argile. De très nombreux tessons de céramiques de l'époque gallo-romaine ont été découverts lors de fouilles archéologiques. La poterie perdure au Moyen Age avec la production d'objets en terre. Au XVIIIe siècle apparaissent les premières faïences d'Angoumois et d'Aunis. Il faut attendre l'année 1887 pour voir la création de la faïencerie d'art d'Angoulême par Alfred Renoleau. Mais la faïence n'est pas exclusive. Des objets en terre vernissée sont toujours fabriqués. Le travail de la poterie a durablement imprégné la toponymie des lieux  : La Chapelle-des-Pots, en Charente-Maritime, en est un des exemples. Au XIIIe siècle, des ateliers de potiers s'activaient déjà dans ce village. Sur place, le musée de la Céramique présente toute l'histoire régionale de cet artisanat. C'est d'ailleurs ici que le fameux Bernard Palissy s'initia à cet art. Selon la légende, notre homme brûla ses meubles et le plancher de sa maison pour retrouver les secrets de fabrication de céramique des maîtres italiens...

Musique – Danses

La Région Poitou-Charentes s'est toujours trouvée à la confluence. C'est aussi le cas dans le domaine des danses et chants traditionnels qui présentent un répertoire très varié ayant absorbé des influences de la Vendée, du Limousin : maraîchines, gatinelles, bourrées sont reprises par quelques groupes folkloriques.

Auteurs

___________________

Ronrons et thés aux fruits

Hélène Chambaud nous raconte différentes histoires, différentes vies. Un lien. Des yeux brillants et quatre pattes agiles. Dans ce mini-roman et les comédies romantiques suivantes, laissez-vous embarquer et suivez les traces de coussinets. On parle de câlino-thérapie, douceur, facétie et humour. De fines moustaches vous guideront.
Prêts à ronronner ? Installez-vous confortablement, prenez un plaid, une tablette de chocolat, une tasse chaude ou ce qui vous plaît et tournez les pages.
Miaowh.
Diablement félin ! Ou félinement divin !
À vous de voir.

 

17/02/2020

Veilleurs de vent

Alain Persuy compte parmi les auteurs invités aux promenades littéraires "Les veilleurs de vent" dans le cadre des Journées de la Fête de la nature, du 20 au 24 Mai 2020 dans la Réserve Naturelle Régionale de la Massonne / La Gripperie Saint-Symphorien 17620.

 

12/02/20

Download

Pour en savoir plus :
Veilleurs de vent.pdf
Document Adobe Acrobat [3.3 MB]

Alice à Cordoue

Le nouveau livre de Micheline Thomas-Desplebin est paru.

 

À l’occasion de son voyage à Cordoue, Alice traverse la ville, découvre son patrimoine et les hommes qui en ont hérité. Elle revit alors les moments extraordinaires de l’histoire d’Al-Andalus, région mythique, et se promenant entre rêve et réalité, rebrousse chemin dans l’histoire, à la recherche de ce qu’elle raconte sur chacun.

 

30/01/2020

Bêtes en scène

Contribution à la naissance d'un livre

La Société des Auteurs du Poitou Charentes publie un recueil de nouvelles regroupant quelques auteurs de l'association dans des œuvres de fiction, jeunesse, histoire, poésie... pour tous les publics.
Nous faisons appel à vous aujourd'hui pour réaliser ensemble ce projet d'édition. Nous vous proposons de contribuer à la naissance d'un livre et de devenir les partenaires de cette création. Votre nom en tant que contributeur sera présent dans le livre que vous recevrez en avant-première !
En espérant que ce projet vous interpellera,
merci à l'avance pour notre équipe.

 

Voici le lien pour finaliser votre contribution : 
https://www.simply-crowd.com/produit/betes-en-scenes

 

26/01/2020

Destin bleu

Joseph Martineau présente son nouveau roman :

 

Emeline… son regard bleu… sa chevelure dorée… Aucun des participants du stage de parachutisme ne l’oubliera. Son premier saut lui a été fatal. Un accident ? James, son ami d’enfance, n’y croit pas. Il s’interroge et enquête : qui est susceptible d’avoir commis un tel meurtre ?
Par petites touches, avec sensibilité, l’auteur s’ingénie à créer le doute. Les personnages se révèlent, évoluent. Aucun d’entre eux ne sortira indemne de ce stage, car là où la mort passe, rien n’est plus jamais comme avant.
Dans ce roman, un enquêteur malgré lui s’intéresse, au cours de ses recherches, aux univers  qu’il côtoie : le monde médical, l’agriculture, les réfugiés …. Il va découvrir aussi une certaine facette des relations de pouvoir.

 

6/1/2020

 

Meurtre en Deux-Sèvres

Dans ce polar, Brigitte Soury-Bernard aborde un sujet brûlant, celui des élevages industriels, révélateur des contradictions et fractures de notre société.

 

Un élevage de poules pondeuses en cages s’implante dans une petite commune rurale des Deux-Sèvres, semant la zizanie entre les riverains. Aussi, quand le jeune William Gaborieau, exploitant de cet élevage industriel contesté, est retrouvé sauvagement assassiné en août 2015, ce sont tout naturellement les opposants qui se retrouvent sur la sellette.
Mais l’enquête, conduite par la gendarmerie locale, va se révéler bien plus complexe. Les farouches ennemis du poulailler sont-ils réellement à blâmer? S’agit-il d’un banal conflit familial qui aurait mal tourné? Ou encore d’un sordide règlement de comptes entre dealers? Dans ce contexte délicat, l’équipe d’investigation ne sait bientôt plus où donner de la tête et marche sur des œufs.
La gendarme Ariane Costas, souvent raillée par ses collègues masculins pour ses intuitions fantaisistes, tente de démêler l’écheveau. De rebondissements en rebondissements, l’enquête nous entraîne à tour de rôle entre la campagne deux-sévrienne et la ville de Poitiers, jusqu’à un dénouement inattendu.

 

 

Telechargement 2020 03 10t183019 360

____________

 

Christine LACAUD

vous raconte le Poitou- Charente

https://www.petitfute.com/

Préhistoire

Les premiers hommes qui choisirent la région pour villégiature s'installèrent au paléolithique inférieur (de 780 000 à 180 000 ans avant J.-C.). Ils vivent sur la plage, brisent des galets pour s'en faire des armes et tentent d'apprivoiser le feu. Puis c'est le paléolithique moyen (180 000 à 31 000 ans avant J.-C.). Les chercheurs ont retrouvé des traces de la civilisation acheuléenne, en Charente. A cette époque, l'Homo-erectus chasse le bison ou le lion, il possède pointes, racloirs et scies en silex et a domestiqué le feu. Dans la région de Saint-Césaire, en Charente-Maritime, le squelette d'une jeune néanderthalienne, âgé de 34 000 ans a été découvert en 1979, elle fut baptisée "  Pierrette  

". Les paléontologues ont trouvé à ses côtés des outils qu'ils attribuèrent à la période de l'homme de Cro-Magnon.
Au néolithique (de 7 500 à 2 500 ans avant J.-C.), l'autochtone devient résident et se lance dans l'agriculture, il cultive le blé et l'orge, certes de manière sommaire mais tout de même  ! Il élève également des ovins et des caprins (élevage toujours en vigueur dans la région). La généralisation du polissage et de la céramique l'entraîne petit à petit vers l'artisanat et le travail des métaux (bronze et cuivre). Il devient également bâtisseur, outre les dolmens (table de pierre) il érige aussi des monuments qu'il voue au culte des morts comme en témoigne le Tumulus de Bougon (Deux-sèvres), admirablement conservé. Des traces de fossés entourant un camp ont été découvertes sur la commune de Juillac-le-Coq en Charente.

Antiquité

L'âge du bronze conduit les Celtes vers une période gallo-romaine (du Ier au IIIe siècle) plutôt faste dans la région. Le Poitou-Charentes fait partie de la grande province du Sud-Ouest, l'Aquitaine (dont la capitale est Saintes), et qui correspond aux régions actuelles d'Aquitaine, de Poitou-Charentes et du Limousin, provinces romanisées qui connurent une réelle prospérité. Les peuples gaulois des Pictons, ainsi nommés parce qu'ils se peignaient le visage en bleu et rouge pour effrayer leurs ennemis (l'origine des noms "  Poitou  " et "  Poitiers  ") et des Santons (l'origine des noms "  Saintes  ", "

  Saintonge  ") se sont ralliés assez vite à la cause romaine au lendemain de la défaite de Vercingétorix à Alésia (en 52 avant J.-C.). Les deux grandes villes de l'époque gallo-romaine sont Limonum ("  la ville de l'ormeau  ", actuellement Poitiers) et Mediolanum Santorum ("  la ville du milieu de la plaine  ", Saintes). Au IIIe siècle, le christianisme progresse en Gaule et apparaît dans la région suite à l'édit de Milan qui établit la liberté religieuse en 313 sous le règne de Constantin Ier le Grand (Caïus Flavius Valerius Aurelius Contantinus).

Moyen-âge

L'Empire Romain vacillant en Gaule, les Barbares prennent la région. En 418 l'empereur romain Flavius Honorius cède aux Wisigoths l'autorité sur tout le Sud-Ouest. La Gaule reste sous cette influence jusqu'à l'arrivée de Clovis Ier qui devient roi des Francs Saliens de Tournai au décès de son père Childéric Ier. Il en est de même pour la région jusqu'à la victoire de Clovis Ier sur Alaric II qu'il tua à Vouillé (près de Poitiers dans la Vienne) en 507  ; cette victoire mit fin à la domination wisigothe.


La mort du premier roi des Francs (511) ouvrit une nouvelle période trouble par le partage de son royaume à ses quatre fils. C'est ainsi que Poitiers connu plus de 20 seigneurs en moins de deux siècles. Charles Martel, maire du palais d'Austrasie et de Neustrie (tout le nord de la Loire, y compris une partie de la Belgique et de l'Allemagne de l'ouest) arrêta l'invasion sarrasine à Poitiers en 732, lors d'une bataille inscrite dans tous les manuels d'histoire. Cette victoire fut la première de l'occident chrétien sur les musulmans.
En l'an 800, Charlemagne, fils de Pépin le Bref et petit-fils de Charles Martel, est couronné Empereur d'occident à Rome.

Les Normands, qui naviguent sur nos fleuves en quête de razzias, saccagent Saintes et Angoulême au milieu du IXe siècle.
Au Xe siècle, les premiers pèlerins traversent la région de Poitiers à Pons en passant par Melle, Aulnay, Saint-Jean-d'Angély et Saintes.

Aux Xet XIe siècles les comtes du Poitou et de l'Angoumois règnent sur la région jusqu'à la mort Guillaume X qui, sans héritier mâle, cède le duché d'Aquitaine à sa fille Aliénor. En 1137, Aliénor d'Aquitaine, dotée du Sud-Ouest de la France, épouse le prince Louis, futur roi de France, Louis VII. Mais en 1152, après leur divorce, elle " s'offrit  " à la perfide Albion par son remariage avec Henri II Plantagenet, prétendant à la couronne qui montera sur le trône d'Angleterre en 1154. Henri II, puis Richard Coeur de Lion, et Jean sans Terre, ses fils, se succèdent sur le trône d'Angleterre. A la mort d'Aliénor en 1204, à 82 ans, le roi Philippe Auguste s'empare de Poitiers, mais le Poitou ne sera annexé qu'en 1224 après le rattachement de l'Aunis et de la Saintonge au royaume de France.
En 1360, a lieu la troisième bataille de Poitiers, à Nouaillé-Maupertuis, où Jean le Bon est battu et fait prisonnier par le Prince Noir. Le 8 mai, le fameux Traité de Brétigny redonne le Poitou, l'Aunis, la Saintonge et l'Aquitaine aux Anglais. Le Poitou revient dans le giron français grâce aux troupes de Du Guesclin en 1373. Charles VII est couronné à Poitiers en 1422. La Bataille de Castillon met fin à la guerre de Cent Ans en 1453.

De la Renaissance à la Révolution

Deux ans après la découverte de l'Amérique par Colomb, le futur François Ier naît à Cognac en 1494, il succède à Louis XII, son cousin, en 1515. Le "  roi-chevalier  " sera l'un des fondateurs de l'Etat moderne. Il ouvrira la France au mercantilisme favorisant ainsi la montée de la bourgeoisie. En 1539, l'Ordonnance de Villers-Cotterêts fait remplacer le latin par le français dans les actes notariés, les jugements et les registres d'état civil.
Les guerres de Religion, dès 1562, furent l'occasion de nombreux troubles entre Huguenots et catholiques représentant un désastre, tant sur le plan humain qu'économique, jusqu'à la proclamation de l'édit de Nantes en 1598 qui rétablit calme et prospérité sur la région. En 1533, Jean Calvin qui conteste la toute-puissance du pape est condamné par le Parlement de Paris. Il se réfugie à Angoulême, où il continue de prêcher et d'écrire. Il est reçu à Poitiers, ville intellectuelle et bouillonnante, où son prosélytisme fait merveille dès 1534. Il y recrute de nombreux disciples.

Recherché, il retourne se cacher dans la campagne angoumoisine avant de fuir vers Genève. L'exil du maître n'empêche pas ses idées de se propager dans la région. En 1557, Poitiers accueille la première assemblée pastorale de la Réforme. En 1558, un important colloque se tient dans la cité sur le thème de la prédestination. Poitiers, encore, accueille un synode national en 1561.

L'année suivante, la ville passe tantôt aux mains des catholiques, tantôt à celles des Huguenots. Finalement, les catholiques prennent le dessus. En 1569, malgré un long et sanglant siège de la ville, l'amiral de Coligny, chef protestant, ne parvient pas à la reprendre. Ses troupes et celles du duc d'Anjou s'affrontent à Moncontour (nord de la Vienne) tandis que Louis de Condé meurt à Jarnac (Charente) face à Henri de Navarre. L'année précédente, une autre grande ville, La Rochelle, avait rallié le camp de la Réforme. Même Niort devient un centre protestant, interdisant le culte catholique de 1588 à 1599. La propagation du protestantisme touche la plupart des villes moyennes. Châtellerault, Loudun, Thouars, Saint-Maixent, etc., deviennent des places de sûreté pour les réformés. On compte alors, à la fin du XVIe siècle, plus d'une cinquantaine de lieux de culte dans l'ensemble du Poitou. L'édit de Nantes de 1598 calme quelque peu les esprits, jusqu'à la mort du roi Henri IV en 1610. Les libertés concédées aux protestants sont éliminées une à une. En 1627 intervient le fameux siège de La Rochelle  :

Richelieu interdit l'accès au port en construisant une immense digue. La cité rochelaise résiste une année entière puis capitule. En perdant son principal bastion dans la région, la Réforme recule. Des temples sont démolis, les places de sûreté retournent sous le giron catholique et royal. Les Huguenots abjurent leur foi ou s'expatrient. Le protestantisme ne parvient à perdurer qu'en milieu rural. La révocation de l'édit de Nantes, en 1685, porte un coup terrible aux derniers espoirs des réformés. Dragonnades, persécutions, emprisonnements se multiplient. Des côtes de Charente-Maritime, plusieurs milliers de personnes quittent la France. Le protestantisme se résume alors aux prêches des pasteurs itinérants, aux assemblées clandestines...

De la Révolution au XXIe siècle

Au XVIIIe siècle sous l'impulsion des intendants  : Blossac à Poitiers et Reverseaux à Saintes, ces villes trouvent un nouvel essor. La construction de digues accélère le colmatage naturel et l'assainissement de l'anse de l'Aiguillon. En 1789, Paris fait sa révolution et l'année suivante, l'assemblée constituante crée les départements  : la Charente (l'Angoumois), la Charente inférieure (l'Aunis et la Saintonge), les Deux-Sèvres et la Vienne (l'ancien Haut-Poitou). La Terreur sévit aussi chez nous et le tribunal révolutionnaire de Rochefort commet les pires exactions. Les guerres de Vendée attirent Napoléon dans la région. Il fonde La Roche-sur-Yon l'année de son sacre en 1804. En 1806, il met en place le blocus continental dans le but de priver l'Angleterre de ses débouchés commerciaux. L'activité des ports de la côte Atlantique s'en ressent.

En 1815, il passe ses dernières heures en terre française, il embarque de l'île d'Aix pour une autre île et un exil définitif. La modernité avance sur des rails entre Poitiers et La Rochelle, avec l'ouverture d'une ligne de chemin de fer en 1856. Puis c'est à la République (la troisième du nom) de voir le jour le 4 septembre 1870, elle restera en place jusqu'au 10 juillet 1940. En 1872 l'arrivée du phylloxéra, qui sévira jusqu'en 1890, ravage le vignoble charentais. La Saintonge se tourne alors vers l'agriculture, la culture céréalière notamment, et l'élevage de bovins. Eugène Biraud fonde la première laiterie coopérative en 1888, à Chaillé près de Surgères. Le 18 août 1890, Sadi Carnot, alors président de la République, inaugure le port de La Pallice à La Rochelle.

De nos jours

En 1905, Emile Combes, anti-calotins notoire, maire de Pons (Charente inférieure) et président du Conseil de 1902 à 1905, prépare et fait voter, avec Georges Clemenceau (né en Vendée), président du Conseil de 1906 à 1909, la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. L'exode rural et le premier conflit mondial ont fait perdre 8 % de sa population à la Région Poitou-Charentes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Charente inférieure et les Deux-Sèvres subissent l'occupation allemande. A la Libération, ce sont au tour des Allemands de faire de la résistance dans les poches de Royan et de La Rochelle. En 1966, Oléron perd son caractère insulaire. C'est la première île française à être rattachée au continent par un viaduc de 3 027 mètres de long. La région Poitou-Charentes naît en 1972, en même temps que l'institution des "  établissements publics régionaux  ". Dix ans plus tard, avec l'avènement de la loi Deferre, elle devient une collectivité territoriale dotée de la personnalité juridique et d'une autonomie de gestion, au même titre que la commune ou le département. De nombreuses compétences sont ainsi transférées de l'Etat vers la Région, tandis que l'exécutif des préfets revient au président du Conseil régional.

Depuis 1986, les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct, sur des listes départementales, au scrutin proportionnel. Ainsi, l'institution acquiert une légitimité juridique. Le tracé du parc naturel régional du Marais poitevin, Val de Sèvre et Vendée est institué en 1979. 1987 marque l'ouverture du parc dédié aux nouvelles images, le Futuroscope, depuis entouré d'un parc hôtelier important. L'année suivante, en 1988, l'île de Ré rejoint sa grande soeur dans le deuil de l'insularité. Elle est reliée au continent par un viaduc long de 2 960 mètres. En 1990, Châtellerault, Poitiers, et Angoulême goûtent enfin aux joies du TGV.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Le magazine Boudoir littéraire

est consacré aux jeunes auteurs indépendants

Je vous ferez découvrir leurs actualités,leurs romans

Telechargement 35

Vous êtes auteurs indépendants;

vous voulez vous faire connaître

contactez moi

__________________________

Les écrivains bientôt dans le Magazine