La Goulue

 

Résultat de recherche d'images pour "la goulue"

___________________________________________

Résultat de recherche d'images pour "la goulue"Résultat de recherche d'images pour "la goulue"

_______________________________

 

 

 

Le 9 janvier 1904, un drame sanglant a lieu lors d’une représentation de pumas, de hyènes et d’ours dans la ménagerie de la célèbre Goulue – manquant de peu d’entraîner sa mort et celle de son mari.

Louise Joséphine Weber est l’une des plus grandes célébrités de la danse du Paris de la Belle Époque. Après des débuts au Moulin de la Galette et à l’Élysée Montmartre, la jeune danseuse de cancan se produit, dès 1889, au célèbre cabaret du Moulin Rouge.

C’est là qu’elle devient une véritable vedette sous le pseudonyme de « La Goulue », fréquentant le grand monde et les artistes parisiens les plus renommés.

En 1895, en pleine gloire, elle décide pourtant de quitter le Moulin Rouge et le monde de la danse pour se reconvertir en dompteuse et jouer la belluaire lors de fêtes foraines itinérantes. Elle apprend sur le tas à dresser les fauves et se produit devant des milliers de personnes.

En 1900, La Goulue épouse un prestidigitateur, qui deviendra lui aussi dompteur, Joseph-Nicolas Droxler, dit José. Les époux Droxler, qui possèdent une ménagerie composée de divers animaux féroces parmi lesquels une hyène, deux tigres, un ours et plusieurs pumas, enchaînaient les représentations à la fête à Neu-Neu, à la foire du Trône, mais aussi dans des cirques.

En 1904, l’ancienne artiste de Montmartre est demeurée une personnalité parisienne, ses spectacles attirant toujours un public varié et nombreux. Au mois de janvier, La Goulue et son mari, qui promènent leur ménagerie dans la plupart des foires parisiennes, ont installé leur établissement forain en face du n°125 de l’avenue d’Italie, dans le cadre de la fête de la Maison-Blanche.

Le samedi 9 janvier, aux environs de onze heures, « la “Goulue” venait d’annoncer la troisième séance, et le public se pressait devant la cage centrale, où allait s’exhiber avec ses fauves, le dompteur José », relate l’un des rédacteurs du Journal.

« Enfin, il apparut, une cravache à la main, la taille haute, l’œil étincelant.

Une magnifique panthère se prêta docilement aux exercices préliminaires du renversement et du saut de la barrière : puis ce fut au tour d'un puma à venir se plier aux exigences du belluaire.

L'orchestre exécutait un cake walk endiablé, tandis que le fauve, quelque peu énervé, tournait et virait en tous sens autour du dompteur. »

Ledit dompteur José, âgé de trente-trois ans, s’occupe tout d’abord de faire travailler, sous la menace d’un fouet, la belle panthère dénommée Roxelane.

Puis c’est au tour d’un jeune puma du Mexique de pénétrer dans la cage sous le regard admiratif du public. Comme l’écrit le rédacteur, la bête montre toutefois des signes de nervosité et rôde autour du dompteur d’une façon quelque peu menaçante.

« C’est alors que se produisit le drame », selon les termes du rédacteur du Journal : 

« Rejetant sa cravache au fond de la cage, le mari de la “Goulue” s’agenouilla juste au milieu de la scène, puis, saisissant le fauve par la tête, il dit :

– Mesdames et messieurs, je vais vous montrer la superbe mâchoire de cet animal… 

Mais à peine avait-il saisi la gueule du cougar, que celui-ci, sautant verticalement, d’un bond formidable au haut de la cage, se rejeta tout aussitôt sur le dompteur, et, de ses griffes puissantes, l’enserra à la gorge et à la tête. »

« Le Drame », illustration extraite du Journal, 11 janvier 1904 - source : RetroNews-BnF

Les spectateurs, horrifiés par la scène se déroulant sous leurs yeux, poussent des cris d’effroi, tandis qu’une majorité d’entre eux se ruent vers les portes de sortie.

Pendant ce temps-là, le dompteur José, qui se débat depuis plusieurs minutes contre la bête en furie, finit par perdre connaissance et à s’affaisser dans la cage, au milieu d’une mare de sang. La Goulue fait alors preuve d’un grand sang-froid et entre en scène afin de sauver son mari d’une mort certaine.

Le rédacteur du Petit Journal insiste sur la bravoure inattendue de l’ex-célébrité du cancan montmartrois :

« En digne épouse et en courageuse belluaire, la vaillante Goulue veillait. Sans hésiter, elle pénétra dans la cage et parvint à détourner sur elle la rage du fauve.

Les employés de la ménagerie eurent ainsi le temps d’arriver et, l’un d’eux, armé du revolver que lui passa un agent de service, abattit la bête, tandis que la foule se retirait sans panique, douloureusement impressionnée par cette scène sanglante. »

Le dompteur, gravement blessé à la tête et en de nombreuses parties du corps, survit fort heureusement à son agression, quoi qu’il refuse obstinément d’être transporté à l’hôpital – préférant être soigné sur place, dans sa roulotte.

La Goulue, quant à elle, écope d’une main lacérée, ce qui ne l’empêche pas, quelques jours plus tard, la main bandée, de prendre la place de son mari afin de poursuivre les représentations de la troupe.

Elle cesse tout de même son activité de dompteuse trois ans plus tard, en 1907, pour revenir brièvement sur les planches en tant qu’actrice, jouant çà et là dans de petits théâtres parisiens.

Mais après le décès de José pendant la Première Guerre mondiale, puis  celle de son fils Simon-Victor âgé de seulement 23 ans, celle que l’on nommait désormais « Madame Louise » sombra peu à peu dans l’alcoolisme.

Elle finira ses jours entourée de vieux animaux de cirques et de chats et chiens errants recueillis dans la rue. Malade, elle mourra d’une attaque d’apoplexie en 1929, à l’âge de 62 ans.

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Logo lade 600x3981 1

Bonjour et Bienvenue dans 

notre Magazine  

 

Bienvenus aux Auteurs

 

Nous proposons  aux auteurs un espace gratuit pour présenter des romans,des actualités et une inscription dans notre annuaire

 

 

 

Nous developpons un Service d'Aide aux auteurs

Ecrire:

un service de correction et  de traduction professionnels.  est à disposition. nous mettons en place  une mise en relation et un suivi  avec nos correcteurs littéraires.

Publier

Nous mettons à votre disposition un annuaire de Maisons d'Edition pour présenter vos manuscrits

Vendre

Nous vous présentons nos librairies pour présenter vos romans.

Enfin pour progresser dans votre démarche d'écriture

notre service d'Ateliers d'écriture vous ai proposé.Notre annuaire vous informe sur des ateliers d'écriture 

 

annuaire de professionnels de l'écriture

 

 

 

Contacter notre Magazine