Le Boudoir Littéraire et thèâtral la plume et l'encrier

Le magazine des jeunes auteurs indépendants

Le Boudoir Littéraire et thèâtral  la plume et l'encrier

Compagnie nuit d'auteurs

 

Telechargement 2020 06 25t163033 089

https://compagnienuitsdauteurs.com

________________

“La lecture agrandit l’âme, et un ami éclairé la console.

” Voltaire

______________

 

Les livres hantent vos maisons, ils accourent dès que votre mémoire les appelle et se hissent à votre propre ardeur.

Ils sont là pour vous susurrer des mots chers en vous mêmes et sont vos compagnons de toujours.

Que ne dites-vous pas qu’ils n’aient déjà murmuré à votre oreille, que ne rêvez-vous pas qu’ils n’aient déjà tracé sur le papier,

que n’inventiez-vous pas qu’ils n’aient déjà vécu.

Notre langue française trouve dans la phrase son sens primitif avec le sujet, le verbe et le complément.

La grammaire ne s’invente pas, une écriture inintelligible rejoint une penséee illisible et pauvre !

Les littérateurs brûlant de leur passion pour l’écriture, embrasés dans leur détermination à retranscrire

leurs émotions de la manière la plus singulière

ont choisi de dépasser la structure initiale et simpliste d’un texte plutôt que de donner raison la raison.

Comment peut-on émettre une telle pensée ? Un auteur raisonnable, cela n’est pas concevable !

Les chefs-d’œuvre n’existeraient pas ! George Sand, Molière, Francis Jammes, Victor Hugo,

Boileau, Jean de La Fontaine, Pinter, Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, … non plus !

__________________________

 

 

CAPACITE A LA LECTURE A HAUTE VOIX

Lectures Conseillées

Lors de la formation intense « Capacité à la lecture à haute voix« , vous serez confrontés aux pratiques justes de la voix. Le lecteur se remet en question et se prépare ainsi à s’adresser à un public puis à maintenir un auditoire.

Lire  à haute voix, détecter la respiration d’un texte, parfaire sa diction,  soutenir ses finales, détecter les inflexions… Tout cela est tracé, nous devons nous rompre à une nouvelle langue, à une nouvelle écriture. Les œuvres choisies classiques lors de la formation « Capacité à la lecture à haute voix » sont indispensables pour acquérir les techniques vocales et rendre la trajectoire verbale.

 

Lectures conseillées pour la lecture à haute voix :

Le Banquet : Platon

Les Égarements du cœur et de l’esprit : Crébillon Fils

Dominique : Eugène Fromentin

Maximes et Réflexions sur la Comédie : Bossuet

Adolphe : Benjamin Constant

Le Prince : Nicolas Machiavel

Mémoires d’Hadrien : Marguerite Yourcenar

La Naissance de la Tragédie : Frédérich Nietzsche

Les Métamorphoses : Ovide

Le Grand Théâtre du monde : Hugo Von Hofmannstahl

Une  Femme : Anne Delbée

Anna Arendt : Laure Adler

Vienne au crépuscule : Arthur Schnitzler

Le Festin de Balthazar : Petro Calderon de la Barca :

Le Soulier de satin : Paul Claudel

L’illusion comique : Pierre Corneille

Ubu Roi : Alfred Jarry

La Volupté de l’Honneur : Luigi Pirandello

Le Prince de Hombourg : Heinrich Von Kleist

Le Songe : August Strindberg

Les Grenouilles : Aristophane

Agamemnon : Eschyle

Ce Fou de Platonov : Anton Tchekhov

Mère courage et ses enfants : Bertolt Brecht

L’Ignorant et le Fou : Thomas Bernhart

La Conversion d’Alceste : Georges Courteline

Tartuffe : Molière

Lorenzacio : Alfred de Musset

Mademoiselle Julie : August Strindberg

La Comtesse d’Escarbagnas : Molière

Les Bourgeoises de qualité : Dancourt

Un Tramway nommé désir : Tennessee Williams

Bérénice : Racine

Les Monstres sacrés : Jean Cocteau

On ne Joue pas pour s’amuser : Sacha Guitry

L’invitée : François de Curel

Six Personnages en quête d’Auteurs : Pirandello

L’Échange : Paul Claudel

La respiration

La respiration

La technique pour la respiration  est indispensable pour la lecture à haute voix. Apprendre à respirer un texte : il nous faut nous servir de la respiration de façon efficace car elle est le centre de notre travail. La respiration donne  vie à un texte et influe sur les sentiments. Elle accompagne le lecteur et donne le sens de l’histoire. Elle doit être libre. Elle devient superficielle voire étouffée quand elle n’est pas gérée et surtout quand le comédien n’a pas pris conscience de la substance des mots, de la force et du caractère, du courant et de l’énergie vivante de l’auteur.

La respiration – l’état émotionnel

Le lecteur ne doit pas brûler l’étape verbale mais se concentrer et donner rendez-vous au personnage en restituant avant toute chose le souffle et la vie. La respiration est en contact permanent avec l’état émotionnel. Elle est au repos quand la réflexion est intense, elle est coupée quand le trac s’empare de votre être, elle est saccadée voire asphyxiée quand les affres de la douleur ou de la peur s’installent. La respiration c’est la vie en tout état de choses, même quand il ne reste qu’un souffle de vie.

La respiration abdominale

La respiration de celui qui s’exprime se veut abdominale. Respirer c’est inspirer et expirer. La sensation respiratoire doit se dérouler ainsi : ventre, thorax et épaules. La musculature abdominale se fait par l’intermédiaire du diaphragme en état de marche constant. Le lecteur doit prendre conscience de la région abdominale, contrôler et concentrer ses efforts sur ce point essentiel. Le diaphragme est le principal muscle responsable de la respiration : un muscle très large et très mince qui sépare la poitrine de l’abdomen.

Découvrez notre formation    Capacité à la Lecture à haute voix.

__________________

Lettre aux Lecteurs

 

Les livres hantent vos maisons, ils accourent dès que votre mémoire les appelle et se hissent à votre propre ardeur. Ils sont là pour vous susurrer des mots chers en vous mêmes et sont vos compagnons de toujours. Que ne dites-vous pas qu’ils n’aient déjà murmuré à votre oreille, que ne rêvez-vous pas qu’ils n’aient déjà tracé sur le papier, que n’inventez-vous pas qu’ils n’aient déjà vécu.

Dans vos yeux ces  livres  s’accordent à vous plaire.

Notre langue française trouve dans la phrase son sens primitif avec le sujet, le verbe et le complément.

La grammaire ne s’invente pas, une écriture inintelligible rejoint une pensée illisible et pauvre ! Les littérateurs brûlant de leur passion pour l’écriture, embrasés dans leur détermination à retranscrire leurs émotions de la manière la plus singulière ont choisi de dépasser la structure initiale et simpliste d’un texte plutôt que de donner raison la raison.

Comment peut-on émettre une telle pensée ? Un auteur raisonnable, cela n’est pas concevable ! Les chefs-d’œuvre n’existeraient pas ! George Sand, Molière, Francis Jammes, Victor Hugo, Boileau, Jean de La Fontaine, Pinter, Verlaine, Rimbaud, Baudelaire, … non plus !

Ces faiseurs de mots, ces êtres épris de notre belle langue rivalisent de tournures insolentes, d’inversions outrecuidantes, de syntaxes plus ou moins audacieuses. Ils ont inventé une langue, la leur ! Reconnaissable parmi toutes les autres. Leur pensée jaillit sous leur plume, nous sommes sensibles à leur « petite musique » et comprenons en les lisant que la passion du verbe gouverne tout ! A force de contrastes, de variations, de courbes, d’harmonie et de style, ils nous livrent l’état dans lequel ils se trouvaient au moment où ils composaient leurs partitions.

Nous en ressentons les traits d’archets, nous vibrons sous leur chant lyrique. Nous entrons dans leurs résonances, dans leurs urgences, leurs peines de cœur et leurs joies immenses. Sans le vouloir et pour l’éternité, ces virtuoses se sont inscrits dans le monde verbal.

Des milliers de citations, de fragments de textes, de poésies, d’épîtres, de fables, de romans demeurent notre patrimoine littéraire.

“La lecture agrandit l’âme, et un ami éclairé la console.” Voltaire

Avec sa formation intense sur la Lecture à haute voix, Martine Amsili remet en question le lecteur en le confrontant aux pratiques justes de l’art oratoire, en le préparant à s’adresser à un public, et à maintenir un auditoire.

La lecture à haute voix est la première chose à explorer pour détecter la respiration d’un texte. La diction, les inflexions, les finales, tout est tracé, nous devons nous rompre à une nouvelle langue,  à une nouvelle écriture.

La beauté de la lecture découle du jeu des mots et du rebondissement du verbe, la lecture s’enorgueillit toujours dans sa trajectoire verbale d’inflexions nouvelles conduites avec adresse.

Lecteurs entrez au Cénacle des mots !

 Martine Amsili

lecture à haute voix

 

La Compagnie

_____________________________ 

le fondateur

Bastien Miquel

Ecrivain-Historien-Critique Littéraire

Fondateur / Président de la Compagnie Nuits d’Auteurs

Après des études de lettres, Bastien Miquel commence sa carrière dans la presse : Le Point, Rueil Info, France-Soir, le Figaro avant de se diriger vers l’édition, puis la réécriture de scénarii.

Auteur en 2000 d’un ouvrage à caractère biographique sur Joseph de Maistre publié chez Albin Michel, puis d’un autre sur L’histoire de la Légion d’Honneur (2001) et enfin d’un Napoléon aux Editions First.

Il participe au lancement d’une télévision sportive et durant six mois, est rewritter de diverses maisons d’édition de 2003 à 2005, avant d’être sollicité par le Cabinet du Ministre de la culture de la section rattachée au livre.

En 2006 Il est nommé sur concours au poste de conseiller de presse à New York, au sein du département de l’information des Nations Unies (ONU).

En 2009 il crée avec un ami Litorne Productions, une société de productions de longs-métrages. Son scénario «Adélaïde» reçoit une bourse SACD. En 2015 il co-réalise avec Martine Amsili « Quelle heure est-il ? » court-métrage avec Michel Galabru, Emmanuelle Galabru, Martine Amsili et Sylvain Clama.

Une série pour la télévision est en cours de production. Il vient de signer son premier long-métrage “Estro Armonico”. Il obtient à Hollywood en 2016 la distribution mondiale d’un long-métrage intitulé « Les Soldats du Blues ».

____________

Martine Amsili

– Comédienne-Metteur en Scène

– Écrivain – Formatrice

Martine Amsili-lecture à haute voix

Martine Amsili naît en Algérie (Oran). Elle quitte sa terre natale en 1962 avec sa famille et débarque à Marseille. Elle entre au Conservatoire d’art dramatique de Marseille, et poursuit des études de lettres classiques à Paris en 1980. De Périmony à la classe de Jean-Laurent Cochet en passant par le cours René Simon, Martine s’enrichit et s’attelle aux grands rôles du répertoire. Avec sa compagnie, elle entreprend une longue tournée à Paris et à l’étranger et incarne les jeunes premières Armande et Célimène dans « Les Femmes savantes » et « Le Misanthrope » de Molière, la duchesse et Marianne dans « Louison » et « Les Caprices de Marianne » d’Alfred de Musset, Ania dans « La Cerisaie » de Tchékhov, Antigone dans « Antigone » de Jean Anouilh, Antigone dans « Antigone » de Sophocle, Climène dans « La Critique de l’École des Femmes » de Molière, Andromaque dans « Andromaque » de Racine, Émilie dans « Cinna » de Corneille, la Femme dans « Faisons un rêve » de Sacha Guitry, Electre dans « Electre » de Jean Giraudoux …

Elle campe quelques personnages au cinéma et à la télévision avec Patrick Jamain, Rémy Duchemin ou encore David Delrieux, Georges Lautner … Insatisfaite, amoureuse des textes, elle retourne très vite au théâtre et s’y consacre entièrement. Un long travail de recherche des oeuvres des 17e et 18e siècles et de l’art épistolaire de l’antiquité à nos jours continuent jusqu’à aujourd’hui de susciter sa curiosité.

Martine Amsili a suivi l’enseignement des professeurs Alexandre Grecq et Yves Furet, éminents disciples de Louis Jouvet. Fortement influencée par cette illustre lignée, elle transmet ainsi depuis 1998 sa passion du théâtre classique à des générations de comédiens qui ont pu apprécier son indémodable “Technique du Jeu verbal”, outil indispensable pour découvrir les Fondamentaux de cet art millénaire. Elle suit en parallèle les cours de l’Institut d’Études Théâtrales à Censier.

Les années précédentes, elle joue dans : « La Porte », adaptation d’après des textes de Hermann Hesse, Gérard de Nerval (…) et mise en scène par Olivier Comte, « Des Histoires comme ça » de R.Kipling mise en scène par Éva Barbuscia … Elle donne des lectures publiques sur les grands écrivains et les grands épistoliers des 17e, 18e, 19e et 20e siècles : Cendrars, Gary, Villiers de L’Ile Adams, Barbey d’Aurevilly, Rémy de Gourmont, madame de Sévigné, Chateaubriand, Pascal, Ninon de Lenclos, Voiture, la Comtesse de Die …

Martine ne se départ jamais du théâtre et partage ton temps entre l’écriture et la scène, la mise en scène et l’enseignement

. Elle publie Chez Ninon de Lenclos” aux Éditions de la Librairie Théâtrale et “l’Épistolière aux Éditions Fiacre, pièce présentée aux Etats-Unis à Santa Monica au théâtre Promenade Playhouse le 29 janvier 2017Ses dernières adaptations sont issues de correspondances : Lettres de Westerbork d’Etty Hillesum, Laissez-moi de Marcelle Sauvageot. Elle coréalise avec Bastien Miquel « Quelle heure est t-il ? », un court-métrage de Bastien Miquel avec Michel Galabru, Emmanuelle Galabru, Martine Amsili, Sylvian Clama

Sa formation  « Capacité à la Lecture à haute voix » obtient une certification le 7 juillet 2017, au CNCP. Recensée à l’inventaire, elle est  éligible au CPF.


  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Le magazine Boudoir littéraire

est consacré aux jeunes auteurs indépendants

Je vous ferez découvrir leurs actualités,leurs romans

Telechargement 35

Vous êtes auteurs indépendants;

vous voulez vous faire connaître

contactez moi

__________________________

Les écrivains bientôt dans le Magazine