Le Boudoir Littéraire et thèâtral la plume et l'encrier

Le magazine des jeunes auteurs indépendants

Le Boudoir Littéraire et thèâtral  la plume et l'encrier

La robe Tarkan

 

 

La plus vieille robe au monde est… égyptienne

À l’issue d’une incroyable histoire à travers le temps, un vêtement égyptien se retrouve sous le feu des projecteurs. Et dans le genre « vintage », on ne fait pas mieux.

Aux origines (très anciennes) de la haute couture : la robe Tarkhan, ou du moins ce qu’il en reste. Ce vêtement, découvert dans un tombeau égyptien, est devenu officiellement  le plus vieux vêtement au monde jamais découvert jusque-là, d’après les résultats d’une équipe de chercheurs britanniques.

Une robe vieille de plus de 5000 ans

La nouvelle tombe à pic, en plein Fashion month (mois international de la mode).

Grâce à des analyses au radiocarbone effectuées en 2015 sur un morceau de tissu quasi-intact, une équipe de chercheurs à l’Université d’Oxford vient de confirmer les origines de cette robe : entre 3102 et 3482 ans avant J.C.

Dans un article publié par la revue Antiquity, Alice Stevenson, conservatrice au Musée Petrie d’archéologie égyptienne à Londres, et Michael W. Dee, du Laboratoire de recherche pour l’archéologie et l’histoire de l’art, expliquent la rareté de cette trouvaille : « La survie de textiles hautement périssables dans les archives archéologiques est exceptionnelle.  La survie de bouts de vêtements complets ou quasi-complets l’est encore plus. »

Admirablement bien cousue

À l’origine, ce vêtement tissé, baptisé la robe Tarkhan, devait arriver en-dessous des genoux. Admirablement bien cousue et plissée, elle témoigne de la complexité et de la richesse de la société antique qui l’a fabriquée et fut probablement portée par une élite.

Des plis au niveau des coudes et des aisselles suggèrent aussi que cette robe été probablement portée dans la vie de tous les jours et qu’il ne s’agissait pas seulement d’un vêtement cérémonial.

Très peu d’habits d’époque faits de fibres naturelles et de peaux d’animaux ont échappé à la désintégration, et les vêtements retrouvés sur des sites archéologiques datent généralement de moins de 2000 ans, explique l’article dans Antiquity. Elle ajoute que ceux qui ont survécu jusqu’à aujourd’hui étaient simplement des tissus enroulés autour du corps.

Or cette robe (ou maintenant ce haut), avec ses manches ajustées, son col en V et ses plis fins, trouverait presque sa place sur les podiums d’aujourd’hui !

Petrie Museum of Egyptian Archaeology,University College London (UC28614B1)

Petrie Museum of Egyptian Archaeology,University College London

Une découverte qui a failli passer inaperçue

Après avoir passé plus de 5000 ans dans un tombeau égyptien, la robe fut récupérée et rangée avec d’autres vieux tissus il y a près d’un siècle, et réellement découverte… 65 ans plus tard !

« En 1912-1913, W. M. Flinders Petrie mena une fouille à Tarkhan, un cimetière de l’Égypte antique se trouvant à 50 kms au sud du Caire », peut-on lire dans la revue Antiquity.

Parmi ses découvertes, « une grande pile de tissus en lin » qui ne fut examinée qu’en 1977, avant d’être envoyée pour préservation au Victoria and Albert Museum de Londres. Et c’est seulement alors que les conservateurs firent la découverte de ce « curieux » t-shirt.

Par manque de plus d’éléments de contexte, son âge fit l’objet de plusieurs désaccords depuis, jusqu’à ce que l’unité de radiocarbone de l’université d’Oxford révèle ses derniers résultats.

« La robe Tarkhan reste l’exemple le plus ancien d’un vêtement tissé complexe, c’est-à-dire un habit coupé, ajusté et bien taillé, et non un tissu qui aurait été simplement drapé ou enroulé autour du corps».

 

 

Le plus vieux vêtement tissé du monde, connu sous le nom de robe Tarkhan, tombait probablement sous les genoux à l'origine. Vieux de 5 000 à 5 500 ans, il remonte à l'aube du royaume d'Egypte.

PHOTOGRAPHIE DE PHOTO AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DU MUSÉE PETRIE D'ARCHÉOLOGIE ÉGYPTIENNE, UNIVERSITY COLLEGE LONDON

Il y a vintage et vintage.

Des tests ont récemment permis de dater une robe en lin retrouvée dans une tombe égyptienne à plus de 5 000 ans, ce qui en fait le plus vieux vêtement tissé jamais découvert. Magnifiquement cousue et plissée, elle suggère la complexité et la richesse de la société ancienne qui l’a fabriquée.

Ce vêtement, connu comme la robe Tarkhan, est une trouvaille d’une rareté extrême. Peu de vêtements aussi anciens, faits de fibres végétales ou de peaux d’animaux, ont échappé à la désintégration. Selon Alice Stevenson, conservatrice au musée Petrie d’archéologie égyptienne à Londres et auteur d’une récente étude sur l’âge de la robe publiée dans la revue Antiquity, les textiles retrouvés sur les sites archéologiques n’ont en général pas plus de 2 000 ans.

Quelques vêtements datant de la même époque ont survécu jusqu’à nos jours, mais il s’agit de vêtements qui étaient simplement drapés autour du corps ou qui l’enveloppaient. La robe Tarkhan, elle, est une confection de haute couture antique. Avec ses manches ajustées, son col en V et ses plis étroits, elle ne déparerait pas dans un grand magasin moderne.

Des détails d’une telle finesse ne pouvaient avoir été pensés que par un artisan spécialisé. Et de telles personnes ne peuvent apparaître qu’au sein d’une société prospère et hiérarchique comme l’Egypte ancienne d’il y a 5 000 ans, époque à laquelle le royaume fut pour la première fois unifié sous l’égide d’un dirigeant unique.

Ce pantalon de laine détient lui aussi un record : celui du plus vieux pantalon connu à ce jour. Il a été retrouvé dans le tombeau d'un berger nomade enterré il y a environ 3 000 ans dans ce qui est aujourd'hui l'ouest de la Chine. Il aurait été inventé pour monter à cheval.

PHOTOGRAPHIE DE PHOTO INSTITUT ALLEMAND D'ARCHÉOLOGIE (DAI)

Les plis présents aux coudes et sous les bras suggèrent également que cette robe fut portée : il ne s’agissait pas d’un simple vêtement de cérémonie.

Seul un membre de la haute société aurait été capable de s’offrir une telle robe. D’après Jana Jones, de l’université Macquarie de Sydney, on peut trouver sur des pierres tombales datant plus ou moins de la même époque la représentation de personnes portant un vêtement similaire. Selon elle, le hiéroglyphe pour « robe » figure d’ailleurs sur la liste des objets emmenés dans l’au-delà par le défunt, aux côtés de la nourriture et des cosmétiques.

Après avoir passé cinq millénaires dans une tombe égyptienne, la robe a été envoyée au musée Petrie par des archéologues au début des années 1900. Mais, entortillée dans un paquet de haillons sales, elle a été négligée. Ce n’est que lorsque des experts en conservation se mirent à trier ce paquet en 1977 qu’ils tombèrent sur le vêtement. Celui-ci ressemble à une chemise en lambeaux, mais une tenue similaire datant de quelques siècles plus tard tombe jusqu’au sol et il est fort probable que la robe Tarkhan ait autrefois été plus longue.

la robe Tarkhan a été définitivement datée au radiocarbone et que la science lui a rendu son rang de vêtement tissé le plus ancien jamais trouvé ,

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • maggie
    • 1. maggie Le 14/02/2020
    c'est ou

Ajouter un commentaire

 

Le magazine Boudoir littéraire

est consacré aux jeunes auteurs indépendants

Je vous ferez découvrir leurs actualités,leurs romans

Telechargement 35

Vous êtes auteurs indépendants;

vous voulez vous faire connaître

contactez moi

__________________________

Les écrivains bientôt dans le Magazine