Le Boudoir Littéraire et thèâtral  la plume et l'encrier

Marcel Aymé

Résultat de recherche d'images pour "marcel Ayme"

_______________

Marcel Aymé est né le 29 mars 1902 à Joigny, dans l’Yonne, où son père, maître maréchal-ferrant dans un régiment de Dragons, était en garnison. Il était le benjamin de six enfants et ses parents étaient originaires de villages voisins du Jura.

A la mort de sa mère, en 1904, son père le confia, avec sa plus jeune sœur Suzanne, son aînée de deux ans, aux grands-parents maternels, Auguste Monamy et Françoise Curie, qui exploitaient une tuilerie, une ferme et un moulin à Villers-Robert, dans le Jura.

C’est là que Marcel connut le monde rural qui a inspiré ses romans de la campagne et ses contes. Il y vécut entouré d’affection mais découvrit, dans cette période de séparation de l’Eglise et de l’Etat, les luttes violentes entre républicains et cléricaux. Petit-fils d’un homme engagé dans le camp républicain, il eut à subir les moqueries de ses camarades, majoritairement de l’autre bord. Il conserva de cette expérience une aversion pour l’intolérance et l’injustice.

Le jeune garçon fréquenta l’école du village et, à la mort de ses grands-parents, fut accueilli à Dole par sa tante Léa Monamy, la plus jeune sœur de sa mère, qui n’avait pas d’enfants et tenait un commerce de mercerie. Elle habitait au dernier étage d’une maison avec une belle vue sur la ville et le Doubs.

Il poursuivit ses études au Collège de l’Arc et obtint le baccalauréat « math-élèm » en 1919. Sa scolarité fut très bonne, en tout cas différente de l’image de cancre qu’il a donnée de certains de ses personnages.

Entré en mathématiques supérieures au lycée Victor-Hugo de Besançon, il dut abandonner ses études en 1920, victime de la grippe espagnole.

Il revint à Dole se faire soigner chez sa tante, qui fut pour lui une seconde mère. Après un service militaire en Allemagne, il vécut à Paris où il commença des études de médecine, vite interrompues, et exerça plusieurs petits métiers avant de tomber à nouveau gravement malade.

Il se réfugia à Dole, où, pendant sa convalescence, sa sœur aînée Camille l’encouragea à écrire.

Ce sera Brûlebois, publié en 1926 aux «  Cahiers de France » à Poitiers, histoire d’un sous-préfet devenu porteur à la gare de Dole et amateur de la dive bouteille. Ce premier roman fut un succès qui ouvrit à Marcel Aymé les portes de Gallimard. Les deux romans suivants, Aller retour et Les Jumeaux du diable, furent moins appréciés. Il connut la notoriété avec La Table-aux-Crevés, qui obtint le prix Renaudot en 1929.

En 1930 La Rue sans nom reçut un accueil favorable des critiques, mais Le Vaurien, en 1931, n’obtint pas un franc succès.

C’est avec La Jument verte, en 1933, qu’il devint un auteur célèbre et scandalisa les bien-pensants. En 1933 également commença sa carrière cinématographique avec l’adaptation de La Rue sans nom par Pierre Chenal. Ce fut le début d’une longue série de films et téléfilms inspirés de ses œuvres, plus d’une trentaine, dont le nombre augmente chaque année, le plus connu étant sans conteste La Traversée de Paris, réalisé par Claude Autant-Lara en 1956.

Cette période précédant la guerre lui fut favorable. Il publia successivement Maison basse (1935), Le Moulin de la Sourdine (1936), Gustalin (1937) et Le Bœuf clandestin (1939), alternant romans « parisiens » et romans « de la campagne ». La publication de trois recueils de nouvelles- Le Puits aux images, Le Nain, Derrière chez Martin – et des premiers Contes du chat perché entre 1932 et 1939 lui permit également de prendre une place importante dans le monde littéraire de l’époque.

Installé à Montmartre dès 1928, il habitera sur la Butte, après plusieurs changements d’adresse, jusqu’à sa mort.

Pendant la guerre, Marcel Aymé a beaucoup écrit, et publié la plupart de ses œuvres en feuilletons dans les journaux : des nouvelles (Le Passe-muraille), des Contes du chat perché, des romans (La Belle Image, Travelingue, La Vouivre). Il a poursuivi sa carrière de dialoguiste de cinéma avec le metteur en scène Louis Daquin (Nous les gosses, Madame et la mort, Le Voyageur de la Toussaint).

Après la guerre il publia  Le Chemin des écoliers en 1946 et Uranus en 1948. Avec Travelingue, paru en 1941, cette trilogie présente un tableau exceptionnel de la société française avant, pendant et après la guerre. La sortie de deux recueils - Le Vin de Paris en 1947 et En Arrière en 1950 - confirma son goût pour les nouvelles, dont il a écrit plus de cent.

C’est en 1948 que le metteur en scène Douking s’intéressa à une pièce écrite en 1932, Lucienne et le boucher, que Louis Jouvet avait refusé de faire jouer. Ce fut le début de la carrière théâtrale de Marcel Aymé qui obtint de grands succès avec Clérambard (1950), La Tête des autres (1952), Les Quatre Vérités (1954) ou Les Oiseaux de lune (1955).

Un dernier roman, Les Tiroirs de l’inconnu, paru en 1960, fut un clin d’œil réussi au nouveau roman.

Signalons enfin qu’il a écrit des centaines d’articles, de préfaces et plusieurs essais dont le plus remarquable est Le Confort intellectuel (1949).

Marcel Aymé est mort à Montmartre le 14 octobre 1967.

Considéré par une partie de l’intelligentsia française de l’après-guerre comme un écrivain populaire, voire régionaliste, justice a été rendue à la richesse psychologique et sociale de ses personnages et à la dimension philosophique de son œuvre par de très nombreux universitaires ou critiques, en France et hors de France.

Dans « La Comédie humaine de Marcel Aymé » La Manufacture 1985, Michel Lécureur, Maître de conférences à l’Université du Havre, qui a consacré vingt ans de travail à notre écrivain et à son œuvre, écrit : « Une telle analyse sociologique de la France de la première moitié du 20e siècle livre également un portrait de l’homme contemporain. En créant des héros qui ne parviennent jamais à maîtriser leur destin, Marcel Aymé admet le déterminisme social. Dans un monde dont la complexité lui échappe et le dépasse, le personnage ayméen paraît écrasé et seulement capable ou libre de vivre suivant une voie tracée par les sociétés du 20e siècle. S’il vient à se révolter contre son destin, il échoue et connaît l’amertume, la folie ou la mort… »

Le Professeur Spang-Hanssen, de l’Université de Copenhague (La Docte Ignorance de Marcel Aymé – Klincksieck, 1999) dit sensiblement la même chose:

« Partout, dans les œuvres de Marcel Aymé, on voit les hommes et les femmes s’efforcer de construire, avec leur gros bon sens et leur sensibilité, une réalité, c’est-à-dire une représentation cohérente du monde. Et cet effort est constamment contrecarré par un univers physique qui est discontinu, hétérogène, et dans lequel le hasard joue un rôle primordial. »

Telechargement 2020 07 13t172706 459

 

 

 

 

 


http://marcelayme1.free.fr

_


Bibliothèque de la Pléiade

Marcel Aymé -

 

1989   

Œuvres romanesques complètes

Editions Gallimard présentée,

établie et annotée par Yves-Alain Favre

 

1998

 Œuvres romanesques complètes – II


2001

Œuvres romanesques complètes – III

 

2001

 Album Marcel Aymé 


Romans

Pour plus d'informations cliquer sur les titres

Le Passe-muraille de Marcel Aymé - Poche - Livre - Decitre

le Passe-muraille

Brûlebois

Aller retour - Marcel Aymé - Folio - Site Folio

Aller retour

Les Jumeaux du Diable

La Table-aux-Crevés - Marcel Aymé - SensCritique

La Table-aux-Crevés

La rue sans nom de Marcel Aymé, 1930 – Les Livres d'Antoine

La Rue sans nom

Telechargement 2020 07 13t174426 974

Le Vaurien

La jument verte - Marcel AYMÉ | Marcel aymé, Livres à lire et Jument

La Jument verte

Telechargement 2020 07 13t174725 900

Maison basse

Telechargement 2020 07 13t174904 978

Le Moulin de la Sourdine

Telechargement 2020 07 13t175042 932

Gustalin

Telechargement 2020 07 13t175233 791

Le Boeuf clandestin

Telechargement 2020 07 13t175346 110

La Belle Image

Telechargement 2020 07 13t175508 771

Travelingue

Telechargement 2020 07 13t175644 282

La Vouivre

Le chemin des écoliers de Marcel Aymé - Poche - Livre - Decitre

Le Chemin des écoliers

Amazon.fr - Uranus - Aymé, Marcel - Livres

Uranus

Telechargement 2020 07 13t175800 049

Les Tiroirs de l'inconnu

Denise


Dans La Bibliothèque

Contes

Les dix-sept contes du chat perché ont été publiés entre 1934 et 1946 :

1Telechargement 2020 07 13t180054 344 2bf03 3Telechargement 2020 07 13t181421 343

4 5Telechargement 2020 07 13t182334 923 6 Telechargement 2020 07 13t182630 216

7Telechargement 2020 07 13t182847 804 8Telechargement 2020 07 13t183149 737 9Telechargement 2020 07 13t183345 38810lTelechargement 2020 07 13t183641 598 11Telechargement 2020 07 13t183903 896 12Telechargement 2020 07 13t184100 197

13Telechargement 2020 07 13t184320 593 14Telechargement 2020 07 13t184457 420 15Telechargement 2020 07 13t184703 892 16Telechargement 2020 07 13t184854 215

17Telechargement 2020 07 13t185032 951

  Les Contes du Chat Perchè
  Titres Années
01 Le Loup 1934)
02 Les Bœufs (1934)
03 Le Chien (1934)
04 Le Petit Coq noir (1934)
05 Le Mauvais Jars (1935)
06 L’Éléphant (1935)
07 La Buse et le Cochon 1936
08 L’Âne et le cheval (1937)
09 Le Canard et la panthère (1937)
10 Le Paon (1938)
11 Le Cerf et le chien (1938)
12 Les Cygnes (1939)
13 Le Mouton (1940)
14 Les Boîtes de peinture (1941)
15 Les Vaches (1942)
16 La Patte du chat (1944)
17 Le Problème (1946)


____________________________________

Quinze de ces contes ont été publiés en 3 recueils:

Les contes du chat perché de Marcel Aymé

 

 

 

 

1. Les Contes du chat perché : 5 contes illustrés par Nathalie

 

Parain (Gallimard, 1939) - Le Loup (1934) - Le Chien (1934) - L’Éléphant (1935) - L’Âne et le cheval (1937) - Le Canard et la panthère (1937).
2. Les Autres Contes du chat perché : 5 contes illustrés par Nathalie Parain (Gallimard, 1950) - Les Vaches (1942) - La Patte du chat (1944) - Les Cygnes (1939) -  Les Boîtes de peinture (1941) - Les Bœufs (1934)
3. Les Derniers Contes du chat perché : 5 contes illustrés par Lesly Queneau (Gallimard, 1958) - Le Mauvais Jars (1935) - Le Paon (1938) - Le Cerf et le chien (1938) - Le Mouton (1940) - Le Problème (1946).
Cette publication ne reprend pas les 2 contes : Le Petit Coq noir (1934) - La Buse et le cochon (1936).

Ces quinze contes abondamment illustrés ont été publiés en 2 recueils :

1. Les Contes bleus du chat perché : 8 contes - Le Loup (1934) - L’Éléphant (1935) - Le Mauvais Jars (1935) - L’Âne et le cheval (1937) - Le Canard et la panthère (1937) - Le Cerf et le chien (1938) - Les Cygnes (1939) - Le Mouton (1940).
2. Les Contes rouges du chat perché : 7 contes - Les Bœufs (1934) - Le Chien (1934) - Le Paon (1938) - Les Boîtes de peinture (1941) - Les Vaches (1942) - La Patte du chat (1944) - Le Problème (1946).
Cette nouvelle publication ne reprend pas non plus les 2 contes : Le Petit Coq noir (1934) - La Buse et le cochon (1936).

A l’étranger :

1. Les versions anglaises ne comportent que 12 contes présentés en 2 volumes The Wonderful Farm et The Magic Pictures (US) ou The Wonderful Farm et Return to the Wonderful Farm (UK).
2. La version espagnole du Mexique comporte la totalité des 17 contes dans Los Cuentos del gato encaramado 1 et Los Cuentos del gato encaramado 2.


Théâtre

Le théâtre de Marcel Aymé (à l'exception des adaptations) a été publié in: « Marcel Aymé. Théâtre complet. 1948-1967 » Gallimard. Collection blanche (8 octobre 2002) Avant-propos de Michel Lécureur, 1203 pages.


Pièces représentées :

Vogue la galère, création au Théâtre de la Madeleine le 15 décembre 1951, m.e.s. de Douking (Grasset, 1944)..

Lucienne et le boucher, création au Théâtre du Vieux-Colombier le 22 avril 1948, m.e.s. de Douking (Grasset, 1947).

Clérambard, création au Théâtre des Champs-Elysées le 13 mars 1950, m.e.s. de Claude Sainval(Grasset 1950).

La Tête des autres, création au Théâtre de l’Atelier le 15 février 1952, m.e.s. d’André Barsacq(Grasset, 1952)..

Les Quatre Vérités, création au Théâtre de l’Atelier le 23 janvier 1954,  m.e.s. d’André Barsacq (Grasset, 1954).

Les Oiseaux de lune, création au Théâtre de l’Atelier le 15 décembre 1955, m.e.s. d’André Barsacq (Gallimard, 1956).

La Mouche bleue, création à la Comédie des Champs-Elysées le 20 octobre 1957, m.e.s. de Claude Sainval (Gallimard, 1957).

Patron, livret de la comédie musicale créée au Théâtre Sarah-Bernhardt le 28 septembre 1959, m.e.s. de Roland Petit. (Cahier Marcel Aymé N° 5, 1987).

Louisiane, création au Théâtre de La Renaissance le 18 septembre 1961, m.e.s. d’André Villiers (Gallimard, 1961).

Les Maxibules, création au Théâtre des Bouffes-Parisiens le 21 novembre 1961, m.e.s. d’André Barsacq (Gallimard, 1961).

La Chaloupée, argument de ballet de Marcel Aymé et Roland PetitCréation au Théâtre de l’Alhambra en 1958(Choudens, 1962).

La Convention Belzébir, création au Théâtre de l’Athénée le 20 novembre 1966, m.e.s. de René Dupuis (Gallimard, 1967).

Consommation, création au Théâtre de L’Œuvre le 12 février 1963, m.e.s. de Pierre Dux (Gallimard, 1967).

Le Minotaure, création au Théâtre des Bouffes-Parisiens le 18 octobre 1963, m.e.s. de Jean Le Poulain (Gallimard, 1967).


Pièces non représentées :

Notre Fille Pierrette, écrite vers 1930, manuscrit non disponible. Vente Salle Drouot, Paris (9e), le 14 novembre 2012 : Lot N°46.

Les Grandes étapes (L'image, 18-08-1933).

Le Mannequin  (Cahier Marcel Aymé N°4,1985).  

Le Commissaire (Cahier Marcel Aymé N°4,1985) (extraits).

Le Cortège ou Les Suivants (Cahier Marcel Aymé N°4,1985) (extraits).


Adaptations de pièces d’auteurs étrangers :

Les Sorcières de Salem, adaptation par Marcel Aymé de The Crucibles d’Arthur Miller. Création au Théâtre Sarah-Bernhardt le 15 décembre 1954, m.e.s. de Raymond Rouleau. (Fayard 1955).

Vu du pont, adaptation par Marcel Aymé de From the Bridge d’Arthur Miller. Création au Théâtre Antoine le 11 mars 1958, m.e.s. de Peter Brook . (Paris-Théâtre 1958).

Le Placard (1963), adaptation par Marcel Aymé, sous le pseudonyme de Victor Dupont, de Oh Dad, Poor Dad, Mamma’s Hung You… d’Arthur L. Kopit. Création au Théâtre des Bouffes-Parisiens le 18 octobre 1963, m.e.s. de Jean Le Poulain (en première partie du Minotaure).

La Nuit de l’iguane, adaptation (1965) par Marcel Aymé de The Night of the Iguana deTennessee Williams. (Laffont, 1972).

Le Météore, (inédit, Théâtre d'Aubervilliers, 1977), adaptation par Marcel Aymé de Der Meteor de Friedrich Dürrenmatt. Création au Théâtre de L’Œuvre en 1991, m.e.s. de Georges Wilson.


Adaptations à la scène de contes et nouvelles de Marcel Aymé par d’autres auteurs :

Au Triple Galop, nouvelle ‘‘Fiançailles’’ (En Arrière) adaptée par Marcel Aymé et Jean Le Poulain, dans une revue de Denise Tual, inédite (1953).

Trois contes du chat perché ‘‘Le Chien’’, ‘‘Le Loup’’ et ‘‘La Patte du chat’’ par Françoise Arnaud et Michel Barré. Création à la Comédie Caumartin (2003). ISBN : 9782070640621

Des Nouvelles de Paris, d’après les nouvelles ‘‘Le Proverbe’’, ‘‘Le Vin de Paris’’, ‘‘Bergère’’ et ‘‘La Canne’’ par Céline Ronté et Thierry Jahn. Création par la Compagnie Nimbus (2006).

Trois Nouvelles, adaptation à la scène de ‘‘Le Nain’’, ‘‘Trois Faits divers’’ et ‘‘La Carte’’ par Sébastien Bizzotto. Création par la compagnie des Malfaiteurs et le théâtre des Tuiles à Strasbourg (2008).

Traversée de Paris, adapté de la nouvelle éponyme et d’extraits du Chemin des écoliers, mis en scène et interprété par Francis Huster, seul en scène et sans décors (2009).

Le Loup, adapté du conte éponyme, mis en scène et interprété par Véronique Vella et la troupe de la Comédie-Française (2009-2010).

Contes du chat perché, d’après les contes ‘‘La Patte du chat’’, ‘‘Le Petit coq noir’’, ‘‘Le Mauvais Jars’’ et ‘‘Le Loup’’ par Thierry Jahn et Céline Ronté. Création au Festival d’Avignon par la Compagnie La Bigarrure (2011).

Deux nouvelles, adaptation à la scène de ‘‘Trois faits divers’’ et ‘‘Rue Saint-Sulpice’’ par Eric Chartier. Création par la Compagnie Nicole Gallimard de Pornic (2013).


Illustrations

ALTMAN, Nathan : Les contes du chat perché (1934).

BARRET, Gaston : Le Vin de Paris (1960), Travelingue (1973).

BERGER, Pierre : Gustalin (1956).

BERTRAND, Jean-MarceLa Vouivre (1987).

BOFA, Gus : Contes et nouvelles (1953), La Vouivre (1956).

BOHUMIL, Stepan : Zelena kobyla-La Jument verte - Tchéquie (1966).

BOSSCHERE (de), Jean (UK) : The Green Mare-La Jument verte (1938).

BRAYER, Yves : La Jument verte (1956), [c] id. (1949).

BRUNO (von), Gentinetta (Allemagne) : Kater Titus erzählt-Les Contes du chat perché (1964).

BUFFET, Bernard : [c] Lucienne et le boucher (1959).

CARELMAN, Jacques : Oscar et Erick (1961).

CESCA, Jaume (Espagne) : Delphine y Marinette y el gato Alfonso (1973), Delphine y Marinette en el colegio (1974).

CHANCHÁN OLIBOS (Chili):  voir OLIVOS BRAVO, Cristián.

CHIÈZE, Jean : La Vouivre (1950).

CLAYTON, Eva (Suède) : Påfågeln och andra sagor-Les Contes du chat perché (1954).

COCHET, Gérard : Vogue la galère (1944).

COFFINIÈRES, Hervé : [c] Trois Contes du chat perché, théâtre (2001).

COLLOT, André : La Jument verte (1960).

DÉCHELETTE, Louis Auguste : Uranus (1959).

DOISNEAU, Robert : [c] photo Le Chemin  des écoliers (1972).

DURBIANO, Lucie : [c] Les Contes bleus & rouges (2007).

DUMAS, Philippe : Les Contes bleus & Les Contes rouges (1979-2007).

EDELMANN, Jean : Rechute (1950).

ENSKO, Joe (Irlande) : Delphine agus Marinette (2011).

ESPOSITO, Giani : Enjambées (1967).

FAILLY, Gérard [c] : Le vin de Paris (1983).

FINI, Léonor : [c] La Vouivre (1966).

FISCHER, Hans (Suisse) : Der Elefant und der Hund (1954).

FLETCHER, Geoffrey (UK ): Return to the Wonderful Farm-Les Contes du chat perché (1954).

FLORA, Paul (Allemagne) : Die Verlobung und Oskar und Erik-Fiancailles et Oscar et Eric (1956).

FONTANAROSA : Le Moulin de la Sourdine (1956).

FOURNIER, Henry : Le Diable au studio. L’Image (7 juillet 1933).

FRANCÈS, Françoise : Enjambées (1974).

FRANZ, Marc : [c] Les Contes du chat perché (1973).

GORANOVA, Tonya (Bulgarie) : Червените и сините приказки на игривия котарак-Contes bleus et contes rouges du chat perché (1984).

GRAU SALA : La Vouivre (1951).

HEINZELMANN, Emma (Hongrie) : Nem er a nevem: Furosa mesek/Les contes du chat perché (1964).

HÉTREAU, Rémy : En Arrière/3 nouvelles (1949).

HOUGH, Charlotte (UK) : The Wonderful Farm-Les Contes du chat perché (1951).
 

HOLM, Hertha (Danemark) : Eventyret om Ulven-Le Loup (1943).


HUGO, Valentine (UK) : [c] The Beautiful Image-La Belle Image (2008).

HYNES, Gladys (UK) : The Hollow Field-La Table-aux-Crevés (1953).

KALVIK, Ruth (Estonie) : Meie kiisul kriimud silmad (Les contes du chat perché).

KELLY, B. : Maison Basse (1959).

KESKIN, Turgut (Turquie) : Nuhun Gemisi-L’Arche de Noé (1989), Suluboya Kutuları-Les Boîtes de peinture (1989), Yağmur Yağdıran Kedi-La Patte du chat (1989), Kuğularin Türküsü-Les Cygnes (1989).

KWIECIŃSKA, Maria (Pologne) : Rusalka-La Vouivre (1981).

LABORDE, Chas : La Jument verte (1936).

LE GUENNEC, Jean : Les Tiroirs de l’inconnu (1970).

LE TAN, Pierre: [c] : La Jument verte, La Vouivre (1972), Derrière chez Martin, Travelingue (1973), Le Bœuf clandestin (1974).

LEPAPE, Claude : Travelingue (1945).

LEROY, Maurice : Le Bœuf clandestin (1960).

LONDINSKY-PASTERNAK : [c] La Jument verte (1972).

MACLÈS, Jean-Denis : Travelingue (1959), Le Vin de Paris (1971) - [c]: Clérambard (1950, 1958), La Tête des autres (1952), Les Quatre Vérités (1954).

MAUPRÉ, Agnès : Les Contes du chat perché BD T.1 (2007), T.2 (2008).

MIGNON, Philippe : [c] Les Bottes de sept lieues et autres nouvelles (1988).

MIKIVER, H. (Estonie) : Teise mehe pea-La Tête des autres (1962).

MONCHY (de) : Le Boeuf Clandestin (1959).

MOREAU, Laurent : [c] Trois Contes du chat perché, théâtre (2011).

MORVAN, Maria (Pologne) : Rusalka-La Vouivre (1981).

MUÑOZ, 
Gori (Argentine) : El hombre que atravesaba las paredes-Le Passe-muraille (1953).

NALY, Robert : La Fosse aux péchés (1946).

OLIVOS BRAVO, Cristián (Chili) : El Indiferente-L’Indifférent, La Gracia-La Grâce, La Fosa de los Pecados-La Fosse aux péchés, El Falso Policia-La Faux Policier in: El Vino de Paris-Le Vin de Paris (2006).
 

ORAL, Feridun (Turquie) : Sarmanın Masalları-Les Contes du chat perché (2003)


PACOUIL, Georges : La Jument verte (1947).

PAINE, Brian (UK) [c] : The Green Mare (1972).

PALAYER, Jean : Les Contes bleus et rouges (1963, 1965), [c] Les Contes du chat perché (1978).

PARAIN, Nathalie : Les Contes (1946, 1949), Les Autres Contes (1950), Le Canard et la panthère (1937), Le Cerf et le chien, Le Paon (1938), Les Cygnes (1939), Le Mouton (1940), Les Boîtes de peinture, Le Loup (1941), Les Vaches (1942, La Buse et le cochon, La Patte du chat (1944), Le Problème (1946), Les Chiens de notre vie (1948).

PARRY, Madeleine & Roger : La Buse et le cochon (1936).

PARRY, Madeleine : L'Âne et le cheval (1937).

PELÁEZ GOIKOECHEA, Ricardo (Mexique) : Los Cuentos del gata encaramado-Les Contes du chat perché : T.1 (2003), T.2 (2005).

PERRAUDIN : Le Chemin des écoliers (1959).

PETROV, Kirill (Russie) : Les Contes Rouges etles Contes Bleux du chat perché (2007).

POWERS, Richard (USA ): The Walker through Walls-Le Passe-muraille (1962).

PRIIT, Rea (Estonie) : Mees, kes kais labi seina-Passe-muraille (1996).

PROVOOST, Eric : [c] Les Contes du chat perché (1990),  [c] Le Passe-muraille (1990, 1995).

PRZYMANOWSKA-BONIUK, Danuta (Pologne) : Bajki kota na plocie-Contes du chat perché (1983).

PUYOL, Ramón (Espagne) : La calle sin nombre-La Rue sans nom (1931).

QUENEAU, Arlette Lesly : Les Derniers contes du chat perché (1958).

R., Joël: La Table-aux-Crevés (1956).

RÉMUSAT : Brûlebois (1956).

ROSIER, Lise : [c] Gustalin (1971).

ROZIER-GAUDRIAULT : [c] La Fabrique et autres histoires (2003).

ROZWADOWSKI, Jerzy (Pologne) : Przechodzimur-Le Passe-muraille (1979).

SABATIER, Claudine & Roland : La Patte du chat,(1985, 1998, 2002), Le Problème (1985, 1989),  Les Cygnes (1990), Le Canard et la panthère (1991),  Les Vaches (1985, 1990), Le Paon (1985, 1992), Le Loup (1993, 1998, 2002), Le Chien (1990, 1999, 2002), Le Mouton (1993), L'Âne et le cheval, Le Cerf et le chien (1994), L'Eléphant (1994, 1999), Le Mauvais Jars (1999), La Buse et le cochon (2002), Les Boîtes de peinture (1985, 1990, 2002), Les Contes bleus et rouges (1995, 2002, 2004).

SAINTE-CROIX (de), Gaston : La Belle Image (1960).

SANDERS, Alex Sanders : [c] Les Contes bleus et Les Contes rouges (1997-2001).

SCHMID, Eleonore : Les Contes bleus et Les Contes rouges (1975, 1978).

SEMPÉ : [c] De l’amour et des femmes (1997).

SENDAK, Maurice (USA) : The Wonderful Farm (1951), The Magic Pictures (1954)-Les Contes du chat perché.

SINÉ : [c] La Tête des autres (1961), [c] Travelingue (1965), [c] Derrière chez Martin (1969).
 

STACHURSKA, Hanna (Pologne) : Zielona kobyła-La Jument verte (1960).


STEINLEN, Daniel Aimé : Le Passe-muraille (1960),  La Vouivre (1970).

ŠTEPANIK, Rostislav (Slovaquie) : [c] Hlava Těch Druhých-La Tête des autres (1961)

STHOLL, Jean-Pierre : La Vouivre (1978).
 

SYLWAN, Mark (Suède) : Konstiga kroppar-recueil 10 novelles variées (1949)


TARDI : [c] Uranus (1972).

THÉVENET, Jacques : La Vouivre (1960).

TICHÝ, František (Rép. tchèque) : Co vyprávěla kočka na jabloňové větvi-Les Contes du chat perché (1939).

TOPOR : Œuvres Romanesques Complètes en 6 volumes (1977).

TOUCHAGUES, Louis : La Jument verte (1976).

TOULOUSE-LAUTREC : [c] Le Nain (1977).

TOYEN, Marie Cerminova (Pologne) : Zelena kobyla-La Jument verte-Pologne (1934).

VERTÈS, Marcel : Images de l'amour (1957), Travelingue (1959).

VIVANCOS : Le Vaurien (1959).

VLAMINCK (de), Maurice : La Table-aux-Crevés (1960).

WAYNE, Eckel (Brésil) : O Sobrado-Maison bassel (2004).

WIELAND, Mireille : [c] Le Passe-muraille (1972).

ZMATLIKOVA, Helena (Rép. tchèque) Zmatlikova: Pohadky kooura Moura-Les Contes du chat perché (1965).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marcel Aymè 

a choisi l'oeuvre

_______________

la Jument verte Résultat de recherche d'images pour "marcel aymé la jument verte"

______________________

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Le magazine Boudoir littéraire

est consacré aux jeunes auteurs indépendants

Je vous ferez découvrir leurs actualités,leurs romans

Telechargement 35

Vous êtes auteurs indépendants;

vous voulez vous faire connaître

contactez moi

__________________________

Les écrivains bientôt dans le Magazine