Le Boudoir Littéraire et thèâtral la plume et l'encrier

Le magazine des jeunes auteurs indépendants

Le Boudoir Littéraire et thèâtral  la plume et l'encrier

Montaigne

 

 

Né le 28 février 1533 au château de Montaigne en Périgord, Michel Eyquem de Montaigne est issu d’une famille de négociants bordelais.

Son arrière grand-père, Ramon Eyquem, fait l’acquisition en 1477 de cette maison forte du XIVème siècle, et accède ainsi au noble statut de Seigneur de Montaigne qu’il lèguera à ses enfants et petits-enfants.

De ces derniers, Pierre Eyquem est le premier à quitter le comptoir familial pour venir s’installer dans la demeure périgourdine qu’il fait aménager et fortifier.

De son mariage avec Antoinette de Louppes, fille d’un marchand toulousain, il aura huit enfants dont Michel est l’aîné.

Elevé en nourrice dans le petit village voisin de Papassus, le jeune Michel Eyquem reçoit à son retour au château familial une éducation peu ordinaire : Réveillé chaque matin au son de l’épinette "afin de ne pas lui abîmer sa tendre cervelle", il apprend très tôt le latin qu’il parle couramment dès l’âge de sept ans, conversant tout naturellement avec les domestiques employés à Montaigne.

Scolarisé au collège de Guyenne à Bordeaux, il y brille rapidement par son aisance à pratiquer la discussion et la joute rhétorique, et par son goût pour le théâtre.

Après des études de droit, il débute sa carrière en 1554 en tant que conseiller à la Cour des Aides de Périgueux, puis au Parlement de Bordeaux où il siège durant presque 15 ans.

C’est donc au palais de l’Ombrière qu’il fait la connaissance d’Etienne de la Boétie, de trois ans son aîné, humaniste et poète, auteur du discours de la servitude volontaire, hymne véhément à la liberté civique.

Leur amitié profonde inspirera à Montaigne cette célèbre phrase ; "Parce que c’était lui, parce que c’était moi" (Essai I, 28).

La mort prématurée de la Boétie, emporté par la peste en 1563, met un terme tragique à cette noble affection, et laisse Montaigne dans une grande solitude que son mariage en 1565 avec Françoise de la Chassaigne, fille d’un de ses collègues au Parlement, ne viendra pas apaiser.

De cette union tendre et fidèle, "à la vieille françoise", naquirent six filles dont une seule, Eléonore, survécut.

La mort de son père en 1568, "le meilleur des pères qui furent oncques", le laisse à la tête d’une grosse fortune et du domaine de Montaigne.

Il s’y retire deux ans plus tard, après avoir vendu sa charge de parlementaire, dans le but de "se reposer sur le sein des doctes Vierges dans la paix et la sérénité" et d’y franchir "les jours qui lui restent à vivre".

Il consacre alors la plupart de son temps à la méditation et à la lecture des quelque mille ouvrages rassemblés dans sa "librairie", "belle entre les librairies de village", aménagée au dernier étage de cette tour qui devient son repaire.

Il s’y retire souvent, fuyant les contraintes familiales et professionnelles : "C’est là mon siège. J’essaie à m’en rendre la domination pure, et à soustraire ce seul coin à la communauté conjugale, et filiale, et civile".

S’appropriant la pièce, il fait graver sur les poutres du plafond des maximes du scepticisme antique et des sentences tirées de l’Ecriture Sainte, qui forment encore aujourd’hui un témoignage émouvant de sa pensée humaniste : "Je suis homme, rien de ce qui est humain ne m’est étranger" (Térence).

Il commence également à coucher par écrit le fruit de ses réflexions, ses "Essais" dont il publie le premier recueil en deux tomes en 1580 : "Je veux qu’on m’y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice : car c’est moi que je peins".

fin de soigner sa gravelle, maladie héréditaire, dont il souffre depuis quelques années, Montaigne décide de tenter les cures thermales dans les villes d’eaux réputées à travers l’Europe.

Il quitte sa retraite en juin 1580, accompagné de son frère et de trois autres jeunes nobles. Après un passage à Paris où il présente ses Essais au roi Henri III, il se rend en Suisse, puis en Allemagne et enfin en Italie.

Il y apprend l’italien et obtient la citoyenneté romaine.

Il rapporte son périple dans son Journal de voyage, dont le manuscrit, conservé pendant presque 200 ans au château à l’insu de tous, sera découvert en 1770 et publié en 1774. Le coffre en cuir clouté dans lequel il a été retrouvé est encore visible dans le chambre de la tour.

Le 7 septembre 1581, une lettre de France l’informe de son élection à la mairie de Bordeaux.

Pressé par Henri III, il entreprend le voyage de retour. Bien que réélu à la fin de son mandat en 1583, sa charge ne l’accapare point et il continue la rédaction de ses Essais : Il publie en 1582 une seconde édition enrichie d’additions.

Nommé gentilhomme ordinaire de la chambre du roi de France en 1573, Montaigne a servi fidèlement Henri III.

Après avoir pris activement part à la guerre civile jusqu’en 1577, le nouveau maire de Bordeaux entretint des relations amicales avec le maréchal de Matignon, lieutenant général du roi de Navarre et par ses qualités de négociation et de diplomatie, tenta de rapprocher Henri III et son beau-frère Henri de Navarre, futur Henri IV.

Ce dernier vint même trouver Montaigne chez lui à deux reprises, à la recherche des sages conseils qu’il ne manquait pas de lui donner.

Le maître des lieux mettait alors à la disposition du futur roi et de sa suite le gîte et le couvert, et pour leur loisir, les deux hommes se lançaient à la chasse au cerf dans les bois du domaine.

A la mort d’Henri III, le Béarnais devenant alors le roi de France légitime, Montaigne lui témoigne son attachement.

Ses charges politiques ne l’empêchent pas d’écrire : A la fin de son second mandat, en 1585, il se remet à la tâche et prépare une nouvelle édition des Essais qu’il publie à Paris en 1588, additionnée d’un troisième tome.

C’est à cette occasion qu’il fait la connaissance d’une jeune fille originaire de Picardie, Marie Le Jars de Gournay, avec qui il se lie d’amitié ; une amitié faite de tendresse et d’admiration qui vient éclairer ses dernières années.

En effet, très affaibli par sa gravelle, il reste le plus souvent en sa librairie où il prépare une quatrième édition des Essais qui ne verra le jour qu’après sa mort, en 1595, grâce au travail de celle qu’il appelait sa "fille d’alliance", Marie de Gournay, qui en assura ainsi la postérité.

Les deux dernières années de sa vie, c’est de sa chambre aménagée au second niveau de sa tour qu’il écoute les offices célébrés dans la petite chapelle seigneuriale au rez-de-chaussée, grâce à un conduit acoustique aménagé dans le mur, n’ayant plus la force de descendre ses escaliers.

Le 13 septembre 1592, sentant ses derniers instants arriver, il fait venir auprès de lui ses plus proches voisins afin de prendre congés d’eux.

En leur présence il fait dire une dernière messe et rend le dernier soupir à l’instant même de l’Elévation. Il a 59 ans.

Que sais-je ?" était sa devise et quand on lui demandait d’où il était, il répondait, suivant l’exemple de Socrate : "je suis du monde", refusant toute étiquette géographique et par la même toute discrimination entre les Hommes.

Il n’était pas à cheval sur les principes d’une rigueur étriquée, mais bien plus enclin à la tolérance entre les êtres et au respect de la différence tant sociale que religieuse.

Il a posé les premiers fondements de l’Humanisme , ce courant de pensées qui veut que la société soit faite pour servir l’Homme et non l’inverse ; cette philosophie qui replace l’humain au centre de la réflexion et qui conduit au respect d’autrui.

Défenseur de la nécessité de communiquer, il était pétri d’esprit de justice et d’équité et a toujours prôné le dialogue comme remède à la violence et la réflexion comme préalable à l’action.

 

 

Telechargement 2020 03 27t173156 905Telechargement 2020 03 27t173327 832

___________________________

 

Les Essais par Montaigne

LIRE UN EXTRAIT

ISBN : 2035981433
Éditeur : LAROUSSE (21/08/2019)
   Existe en édition audio

_______________________________________


Nous devons à André Lanly, éminent philologue et professeur émérite à l'université de Nancy, d'avoir servi l'un des monuments les plus difficiles à déchiffrer de la littérature française en osant lui donner sa forme moderne. C'en est fini des obstacles de l'orthographe, du doute sur le sens des mots, de l'égarement suscité par la ponctuation. Lire ce chef-d'œuvre devient ici un pur bonheur.

«Ce ne sont pas mes actes que je décris, c'est moi, c'est mon essence. J'estime qu'il faut être prudent pour juger de soi et tout aussi scrupuleux pour en porter un témoignage soit bas, soit haut, indifféremment. S'il me semblait que je suis bon et sage, ou près de cela, je l'entonnerais à tue-tête.

Dire moins de soi que la vérité, c'est de la sottise, non de la modestie. Se payer moins qu'on ne vaut, c'est de la faiblesse et de la pusillanimité, selon Aristote. Aucune vertu ne se fait valoir par le faux, et la vérité n'est jamais matière d'erreur. Dire de soi plus que la vérité, ce n'est pas toujours de la présomption, c'est encore souvent de la sottise. Être satisfait de ce que l'on est et s'y complaire outre mesure, tomber de là dans un amour de soi immodéré est, à mon avis, la substance de ce vice [de la présomption].

 Le suprême remède pour le guérir, c'est de faire tout le contraire de ce que prescrivent ceux qui, en défendant de parler de soi, défendent par conséquent d'appliquer sa pensée à soi. L'orgueil réside dans la pensée. La langue ne peut y avoir qu'une bien légère part.»
Les Essais, Livre II, chapitre VI.

Il fut gentilhomme, propriétaire terrien, voyageur, maire de Bordeaux, courtisan, négociateur au service de ses rois. Il fut aussi un lecteur éclairé, l'auteur d'un livre unique, et pendant plus de vingt ans, sur plus de mille pages, le bâtisseur de sa propre image, celle d'un homme retiré, jouissant d'un exil intérieur propice à l'exercice du jugement. C'est dans l'espace qui s'étend entre ces deux figures, l'homme à cheval et l'homme de papier, qu'il faut appréhender Les Essais.

Grand amateur de livres, Montaigne juge sévèrement «l'écrivaillerie» de son temps et combat la culture livresque lorsqu'elle conduit au pédantisme. Familier des interminables périodes de ses confrères en «parlerie», il use d'un langage «coupé», d'un style primesautier – «soldatesque», dit-il. Non content d'inventer une forme, l'essai, il se dote d'une écriture qui est le truchement de son âme et, on le sent bien, l'exact reflet de la vivacité de son esprit.

De sorte qu'il ne nous enseigne pas : il nous parle  de lui, de l'humain à travers lui, et donc de nous. D'une voix et sur un ton jusqu'alors inouïs, et peu entendus depuis, il sape en ironiste le conformisme intellectuel et, le premier, revendique pour chacun le droit à l'esprit critique et au libre examen dans tous les domaines (celui de la foi excepté). Montaigne est à l'Humanisme ce que le franc-tireur est aux troupes régulières : on ne le trouve jamais là où on l'attend, et c'est le gage de sa survie. C'est pourquoi, alors que tant d'ouvrages contemporains sont oubliés, Les Essais demeurent un livre vivant.


Ce livre, on le publie ici d'après la seule version imprimée de l'ultime état du texte : l'édition posthume de 1595, aujourd'hui majoritairement considérée comme la plus proche du dessein de l'auteur. Afin d'en faciliter la lecture, les notes sur le vocabulaire et la syntaxe, ainsi que la traduction des citations, figurent au bas des pages. Les sentences peintes sur les poutres de la «librairie» de Montaigne et les notes qu'il a portées dans les marges de ses livres complètent le volume.

 

 

_______________

Telechargement 2020 03 27t174055 041

Bardyn Christophe

Telechargement 2020 03 27t174001 268

 Montaigne, la splendeur de la liberté,

Flammarion,

Paris, 2015

__________
Conche Marcel

Telechargement 2020 03 27t174300 535

 Montaigne ou la conscience heureuse,

PUF,

Paris, 2015

_________________
Manent P.

Telechargement 2020 03 27t174520 104

 La vie sans loi

 Flammarion,

Paris, 2014

_____________
Ferrari E., 

Telechargement 2020 03 27t174820 037

Une anthropologie des passions,

Garnier, 2014

__________
Roger-Vasselin B

Telechargement 2020 03 27t175040 841

 Montaigne et l’intelligence

du monde moderne,

PUF,

Paris, 2010

____________

Telechargement 2020 03 27t175204 547Images 2020 03 27t175337 528

 

 

__________________

____________

______________

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Le magazine Boudoir littéraire

est consacré aux jeunes auteurs indépendants

Je vous ferez découvrir leurs actualités,leurs romans

Telechargement 35

Vous êtes auteurs indépendants;

vous voulez vous faire connaître

contactez moi

__________________________

Les écrivains bientôt dans le Magazine