Créer un site internet
Le Boudoir Littéraire et thèâtral  la plume et l'encrier

Projet de la Barben

 

Vianney d’Alançon, investisseur qui a racheté le château de La Barben en décembre dernier.

_________________

Il entretient le mystère depuis plusieurs mois. Ce matin, Vianney d’Alançon, investisseur qui a racheté le château de La Barben, près de Salon-de-Provence, le 30 décembre dernier, présentait le projet de parc touristique dédié à la culture et au patrimoine provençaux qu’il y déploiera.

Baptisé "Rocher Mistral", le domaine servira de cadre à six spectacles historiques, dont une grande fresque nocturne sur une scène de quatre hectares, mais aussi à un village d’artisans, une réserve d’apiculture et d’agroecologie, deux restaurants supervisés par le chef marseillais Gérald Passédat ou encore un espace dédié à l’aigle de Bonelli, avec un parcours immersif avec vidéo à 360 degrés. L’ensemble s’annonce spectaculaire ouverture prévue en 2021.

_____________

Le Château de La Barben (13) a changé de mains en décembre 2019. Passionné d’histoire, de patrimoine et de cultures populaires, le nouveau propriétaire, Vianney d’Alançon nourrit un projet ambitieux de mise en valeur des lieux. Ce sont près de 20 millions d’euros de fonds privés qui sont investis ici. La mise en tourisme du site devrait créer 150 emplois directs et générer autant d’emplois indirects. Le Château de La Barben entre dans une nouvelle période de son histoire et ambitionne de devenir un pôle de valorisation de la Provence, à travers ses hommes et son histoire. Le site souhaite s’inscrire dans une synergie avec les acteurs du tourisme et les habitants du territoire, appelés à s’approprier pleinement le projet. Vianney d’Alançon a mené cette opération avec le soutien d’associés : Benoit Habert, Vincent Montagne, et la famille Deniau déjà engagés à ses côtés dans des projets patrimoniaux.

JPEG - 192 ko
Château de La Barben (Photo D.R.)

Pour Vianney d’Alançon le château de La Barben « fait partie de l’histoire de la Provence. Mon souhait c’est qu’il revienne dans la lumière et soit le lieu d’expression de la culture provençale authentique dans toute sa diversité et sa richesse. Nous rêvons ce projet comme une grande et belle aventure humaine réalisée par les Provençaux pour les Provençaux. Le calendrier ambitieux de la mise en tourisme du lieu devrait nous permettre de dévoiler plus précisément les contours précis de notre projet en avril prochain. Nous voulons écrire ce deuxième millénaire d’histoire de La Barben dans le sillon de Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature, qui a fait de cette terre et de ce peuple provençal, un phare pour la culture et une fierté immense pour la France. » L’ensemble du projet est construit avant tout sur le plan environnemental et patrimonial.

Un vaste projet de rénovation du château de La Barben va se déployer prochainement pour sauver des parties du château très endommagées et en péril, notamment des fresques du célèbre Marius Granet. Des projets agricoles et de préservation et développement des espèces florales et animales vont être développés sur l’ensemble des 400 hectares du territoire naturel. Une mise en lumière des savoir-faire provençaux et des marques les plus emblématiques de Provence trouvera sa place au cœur du site. Vianney d’Alançon prévoit une ouverture en 2021.

D’ici là, le nouveau propriétaire va solliciter largement les entreprises de la région et lancer une vaste campagne de recrutement. Il avance 3 objectifs : mettre en œuvre un plan de sauvetage de ce monument millénaire ; œuvrer à la préservation du patrimoine naturel du site ; créer des spectacles historiques d’envergure pour raconter la Provence, ses racines, son histoire et ses grands hommes. L’entrepreneur n’en est pas à son coup d’essai, l’acquisition de la forteresse de Saint-Vidal en Auvergne et la conception de fresques théâtrales historiques -mobilisant des centaines de bénévoles- témoignent de sa capacité à déployer des projets patrimoniaux et culturels de grande qualité.

 

 

 

Le nouveau propriétaire du château de La Barben a présenté le 16 juin son projet pour le site, combinant patrimoine, environnement, spectacle vivant et artisanat local. L'investissement est estimé à 30 millions d'euros sur fonds privés pour une ouverture prévue à l'été 2021.

« Rocher Mistral ne sera pas un parc d'attractions mais un domaine d'authenticité », affirme Vianney d'Alançon, propriétaire du château de la Barben depuis fin décembre 2019, ravi de présenter en détails son projet pour le site, le 16 juin, à un parterre d'élus, d'associations, d'entrepreneurs et de journalistes. Arguant que son ambition recouvre des axes plus larges que le parc du Puy du Fou auquel le dossier fait parfois penser, il annonce une ouverture pour 2021 et avance désormais un montant d'investissement de 30 millions d'euros, uniquement sur fonds privés, avec ses associés, sans exclure d'éventuels appuis des collectivités territoriales, les maires de Salon-de-Provence, Pélissanne, Saint-Cannat et La Barben l'encourageant à aller jusqu'au bout de ses idées.

« Rocher Mistral », la « marque » du projet, ira bien au-delà de la réhabilitation des 5 000 m2 de bâti du château. Quatre axes le constituent : le rayonnement du patrimoine architectural et artistique, la préservation, l'entretien et la valorisation de l'environnement sur les 400 hectares qui entourent le monument, la découverte de l'histoire et de la culture provençale par le spectacle vivant tout au long de l'année et, enfin, la promotion des métiers, produits et savoir-faire (artisanat, agriculture…). Le tout « dans une démarche d'acteur social et solidaire » : Vianney d'Alançon affiche ses partenariats avec Pôle emploi sur les recrutements (200 emplois directs dont une dizaine déjà réalisée, 200 indirects), avec des associations pour l'insertion de personnes en situation de handicap (Agapei 13, Isatis), dans l'environnement (Ligue pour la protection des oiseaux, Regard du Vivant, Agroforesterie, Ecotree, Société d'horticulture de Marseille…), de la culture (Le Félibrige), avec la Chambre de métiers et de l'artisanat… Quatre structures juridiques ont été créées pour faire vivre chacune des thématiques. « Je tiens à cet ancrage local », précise-t-il, se disant ouvert à du mécénat de compétences. « Il y a 1 000 façons d'intervenir dans ce projet », note Monique Cassar, présidente de la délégation des Bouches-du-Rhône de la CMAR.


Lire aussi : Le château de La Barben lance une plateforme de recrutement


Plus de 100 ha pour l'environnement

Un chantier d'urgence sera conduit d'ici à 2021 sur « le clos et le couvert », le château souffrant de soucis d'étanchéité. Sa restauration totale durera plusieurs années. L'organisation de spectacles vivants entraînera la création de tribunes de 1 000 places pour ceux proposés en journée avec des comédiens professionnels et 2 000 places pour les représentations nocturnes sur un terrain de 4 hectares qui pourraient mobiliser 500 à 1 000 bénévoles. Les nouvelles technologies de médiation culturelle participeront à l'attractivité des visites immersives de l'intérieur de l'édifice. Plusieurs maisons et villages seront construits dans le respect des techniques historiques. « Ce ne sera pas du carton-pâte », assure Vianney d'Alançon qui promet « une expérience de six heures sur place » pour un tarif encore à l'étude dans une fourchette de 15 à 20 euros.

Parmi les autres aménagements projetés : une zone de développement apicole sur 29 ha, une autre pour l'agroécologie sur 38 ha, une zone d'étude sur la biodiversité (32 ha), une zone dédiée à l'aigle de Bonelli (5 ha) et à l'horticulture biologique (1 ha). Si « Rocher Mistral » bénéficiera de la proximité des accès et parkings du Zoo de la Barben, la fréquentation visée de 200 000 à 300 000 personnes dès la première année, impliquera l'amélioration de la desserte routière, des transports publics...

« Comme nous l'avons prouvé avec le Salon des agricultures de Provence et ses milliers de visiteurs, nous trouverons des solutions », avance Nicolas Isnard, maire de Salon et président du conseil de territoire. Le chef du « Petit Nice » à Marseille, Gérald Passédat prévoit d'ouvrir deux pôles de restauration dont l'un dans les anciennes écuries du château pour 250 couverts. Le cadre global est maintenant fixé. Le plus grand défi commence : tenir les délais en franchissant toutes les procédures administratives.

À propos du Château de La Barben.
Plus ancien château de Provence, le « Castrum de Barbento » est mentionné pour la première fois en 1064 dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille. Château fort conçu pour la défense, il est bâti sur un énorme rocher qui le rend imprenable. Le roi René, comte de Provence, duc d’Anjou, roi de Naples et de Sicile en devient propriétaire en 1439. Le bon roi, homme des arts et des lettres, le revend en 1474 à la famille des Marquis de Forbin, puissante famille provençale qui en fera son fief et le gardera durant 500 ans. Pendant 5 siècles, le château continuera d’être un lieu romanesque, reconstruit, aménagé et décoré avec raffinement au siècle des Lumières, et sera le lieu de rencontre de grands personnages de l’Histoire de France et de Provence.

Le dernier Marquis de Forbin-La Barben, vend le château à la famille Pons en 1963 qui le revend en 2020 après avoir créé à 100 mètres du château, le plus beau zoo de Provence.

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Le magazine Boudoir littéraire

est consacré aux jeunes auteurs indépendants

Je vous ferez découvrir leurs actualités,leurs romans

Telechargement 35

Vous êtes auteurs indépendants;

vous voulez vous faire connaître

contactez moi

__________________________

Les écrivains bientôt dans le Magazine