Marceline Desbordes-Valmore

 

 

Résultat de recherche d'images pour "Marceline Desbordes-Valmore,"

__________________________

 

Marceline Desbordes-Valmore nait le 20 juin 1786 à Douai dans le Nord de la France.

Son père, petit bourgeois ruiné par la révolution, devient cabaretier. La famille se retrouvant dans le besoin, sa mère, en 1801, décidé de se rendre avec elle en Guadeloupe auprès d’un cousin riche à fin de commencer une nouvelle vie. Ce ne sera pas ainsi. La mère décède de fièvre jaune et Marceline orpheline retourne en métropole auprès de son père. Elle devient comédienne et se produit en France et en Belgique.

En 1808, elle rencontre le comédien et homme de lettres Henri de Latouche avec qui elle a une liaison passionnée. Cette liaison durera de façon intermittente pendant 30 ans.

En 1817, elle se marie avec un comédien sans talent, Prosper Lanchantin, connu sous le nom de Valmore.  La vie à ses côtés n’est pas facile. Le couple se déplace souvent et a très peu d’argent. Ils ont quatre enfants dont un seul survivra à Marceline. Les deuils et drames jalonnent sa vie. Pour cette raison elle fut  surnommée « Notre-Dame-Des-Pleurs ».

Son premier recueil, « Élégies et Romances » est publié en 1819. Cet ensemble de poèmes la fait connaitre et apprécier dans le monde littéraire. Elle reçoit plusieurs prix académiques. Forte du succès rencontré, elle cesse son activité au théâtre pour se consacrer à l’écriture. Elle écrit non seulement des poèmes, mais aussi des nouvelles, des contes pour enfant et même un roman. Le roi lui octroie une pension.

Autodidacte et travailleuse, elle a un tempérament romantique et mélancolique, exacerbé par les coups de la vie. Elle écrit des vers très modernes, originaux, spontanés, pleins de sensibilité et de musicalité. Ses contemporains, Hugo, Lamartine mais aussi Baudelaire, Verlaine, Rimbaud l’admirent.

Elle meurt d’un cancer le 23 juillet 1859 à Paris.

 

Résultat de recherche d'images pour "Marceline Desbordes-Valmore,"

Hiver

Non, ce n'est pas l'été, dans le jardin qui brille,
Où tu t'aimes de vivre, (continuer...)

Les roses

L'air était pur, la nuit régnait sans voiles ;
Elle riait du dépit de l'amour (continuer...)

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Bonjour et Bienvenue

Dans votre Edition du jour


Chaque jours nous vous informons des dernières informations litteraire et artistiques.

Nous ouvrons également les Revues de Presse des Journalistes.Vos Quotidiens presenterons les sorties,des portaits,des critiques, 

 

A vous ecrivains autoédités, artistes indépendants 

vous souhaitez vous faire connaître,présenter vos romans et vos oeuvres,Ce Quotidien vous est consacré.